nareux

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : nâreux

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du latin naris (« nez, narine »), avec le suffixe -eux. Voir aussi nase.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin nareux
\na.ʁø\
Féminin nareuse
\na.ʁøz\
nareuses
\na.ʁøz\

nareux \na.ʁø\

  1. (Canada) (Champagne) (Ardennes) (Alsace) (Lorraine) (Picardie) (Belgique) Qui ressent un dégoût compulsif à l’idée d’une saleté ou d’un manque d’hygiène de ce qui entre en contact avec la nourriture, vaisseaux, ustensiles et cuisiniers.
    • « Je suis nareux. » Il est à regretter que nareux ne soit pas généralement adopté. Nous ne croyons pas qu’il existe en français une expression équivalente ; mais celle-ci a toutes les qualités nécessaires pour être admise. Ce mot est expressif, intelligible, et nous en avons besoin. On ne peut y suppléer que par cette circonlocution : j’ai de l’aversion pour la malpropreté. Mais que ce tour est traînant ! Encore ne rend-il pas précisément l’idée qu’on attache au mot nareux, qui signifie l’espèce d’aversion, de répugnance qu’on a pour les aliments qui ont été apprêtés par des gens malpropres. — On trouve nareux ou néreux dans le dictionnaire de Boiste. — (F. Munier, Dictionnaire de locutions vicieuses, troisième édition, article « nareux » ; Lecointe libraire, Paris, 1829, page 113)
    • Quelque aimable correspondant pourrait-il me dire d’où vient le mot « nareux » qui est très employé en Lorraine dans le langage courant, mais qui n’a pas son équivalent dans le français académique ? — (L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, volume 56, 1907, page 951)
    • Si vous faites le dégoûté et vous souciez de boire dans le verre de votre voisin, on vous reproche d’être « nareux » ou « naireux ». — (Bulletin du parler français au Canada, volumes 9 à 10, Société du parler français au Canada, 1910, page 204)
    • Et elle éclatait de rire, quand Mlle Louise, déconcertée par ses allures, la traitait d’évaltonnée, ou, la voyant inspecter son assiette, avec des mines défiantes, lui reprochait d'être nareuse. — (Louis Bertrand, Mademoiselle de Jessincourt, A. Fayard & cie, 1911, page 169)
    • Pendant qu’Adèle secouait les couvertures des lits pleins de poussière, Tom et Boris la regardèrent, ébahis.
      — T’es vraiment nareuse, ajouta Boris.
      — J’ai horreur de la saleté, c’est tout ! répliqua Adèle sur un ton sec.
      — (Alexandre Moix, Les Cryptides, tome 1 : A la poursuite du Kraken, Plon, 2010)
    • Mlle Carpentier est nareuse. Elle trouve tout sale et dit : C’est répugnant. Elle essuie son verre, son assiette, ses couverts à l’aide d’un torchon qu’elle cache dans son sac. — (Xavier Houssin, La Fausse Porte, Stock, 2011)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Synonymes[modifier le wikicode]

Notes[modifier le wikicode]

Lire la page de discussion.

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]