ressentir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Verbe composé de re- et sentir.

Verbe[modifier]

ressentir \ʁə.sɑ̃.tiʁ\ transitif 3e groupe (conjugaison) (pronominal : se ressentir)

  1. Sentir ; éprouver.
    • J'avais les membres roidis et ressentais une si pénible lassitude, que je restai longtemps sans pouvoir trouver le sommeil. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.94)
    • Ma myopie renforçait encore l'impression d'irréel, de cauchemar que je ressentais et contre laquelle je m’efforçais de lutter, dans la crainte de voir se briser ma volonté. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Or Belle de Candeur était vierge, et au moment de la défloration, elle ne manqua pas de ressentir une douleur passablement désagréable. (Belle de Candeur : Roman érotique de la dynastie Ming, traduit du chinois par Christine Barbier-Kontler, Arles : Editions Philippe Picquier, 1990, 1994, p.25)
    • Il a ressenti vivement la perte de son ami.
    • Il est également incapable de ressentir et d’inspirer l’amitié.
    • Je ressens un grand plaisir, une grande joie de votre retour.
  2. (Pronominal) Sentir quelque reste d’un mal qu’on a eu.
    • Il se ressent encore de sa maladie, de sa blessure, de son opération.
  3. (Pronominal) (Figuré) Éprouver les suites, les conséquences fâcheuses, l’influence nuisible de quelque chose.
    • Il se ressentira longtemps des désordres de sa jeunesse.
    • Ce pays a été ruiné par la guerre, il s’en ressentira longtemps.
    • Il se ressent de la mauvaise éducation qu’on lui a donnée, de la fréquentation des mauvaises compagnies.
    • Son ouvrage se ressent de la précipitation avec laquelle il l’a composé.
  4. (Intransitif) (Pronominal) (Argot) Éprouver de l'attirance, du goût, du désir pour quelque chose ou quelqu'un.
    • Il est pas beau à voir. Les pépées, qui s'en ressentaient pour sa pomme, si elles le voyaient ! (Jo Barnais, Mort aux ténors, Série noire, Gallimard, 1956. Ch. IV, p. 32)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Dictionnaire usuel du Français - Editions Hachette