éprouver

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

→ voir é- et prouver.
Du latin experiri (« éprouver »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

éprouver /e.pʁu.ve/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Mettre à l’épreuve un objet pour se rendre compte s’il a toutes les qualités voulues.
    • J’allai dans la sellerie où je choisis des courroies solides dont j’éprouvai la force de résistance... […]. (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • C’est un remède que j’ai éprouvé. — Éprouvez si cela vous fera du bien.
  2. Mettre à l'épreuve des personnes pour vérifier leurs qualités, leurs sentiments, etc.
    • Éprouver quelqu’un avant de se fier à lui.
    • Éprouver la fidélité, la probité de quelqu’un.
    • Il voulut éprouver leur constance, leur résignation.
    • Éprouver le savoir de quelqu’un.
    • Le malheur nous éprouve.
  3. Ressentir, connaître par expérience, tant au sens physique qu’au sens moral.
    • Elle rangeait sa chambre tous les matins, et elle éprouvait un ravissement inconnu à caresser la soie de son pyjama, …. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • Cependant l'aérostat s'abaissait vers la terre, et la nacelle, rasant les inégalités du sol, éprouvait de fortes secousses. (Julien Turgan, Les Ballons: histoire de la locomotion aérienne, 1851, chap.18, p.203)
    • La courte nuit d’été lui parut cependant interminablement longue. Il éprouvait une sensation désagréable d’insécurité et il s’imaginait, sans la moindre raison, que le jour la dissiperait. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit en 1910 par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, p.98, éd. 1921)
    • Parfois elles étaient si dures les nouvelles selles merveilleuses, qu'elle en éprouvait un mal affreux au fondement... Des déchirements... (Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932)
    • C'était bizarre. Jamalou n’éprouvait plus, devant cette face douloureuse dont les yeux révulsés, la bouche aux lèvres tuméfiée, presque noire, révélaient l'atroce agonie, aucune espèce de compassion. (Francis Carco, L'Homme de Minuit, 1938)
    • Je n’éprouvais plus qu’une sensation vague des objets et des êtres. Tout passait devant moi, avec des formes indécises. (Octave Mirbeau, La tête coupée,)
    • Le vrai fait nouveau, aujourd’hui, n’est peut-être pas que les peuples éprouvent les passions politiques, mais qu’ils prétendent les éprouver. Cette prétention suffit, d’ailleurs, à les rendre agissants et à fournir un merveilleux terrain d’exploitation à leurs meneurs. (Julien Benda, La trahison des clercs, 1927, éd. 1946)
  4. (Par analogie) Subir des changements, des variations, des altérations, qui surviennent aux choses.
    • Les altérations qu’une substance éprouve quand elle est soumise à l’action du feu.
    • Sa conduite, son caractère en éprouva un changement notable.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]