pince-monseigneur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Mot composé de pince et de monseigneur ; l’Académie française donne l’explication suivante pour expliquer le terme : Monseigneur était utilisé pour nommer une personne de haute dignité. Et comme l’on ne refusait rien à ces éminentes personnes, toutes les portes s’ouvrent devant Monseigneur (LARCH. 1880). Autrement dit, on ne refuse pas l’accès à un monseigneur. La pince-monseigneur, qui permet d’ouvrir n'importe quel cadenas ou chaine, tient donc son nom du fait qu’aucune porte ne peut lui résister.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
pince-monseigneur pinces-monseigneur
\pɛ̃s.mɔ̃.sɛ.ɲœʁ\
Pince-monseigneur 01.jpg

pince-monseigneur \pɛ̃s.mɔ̃.sɛ.ɲœʁ\ féminin

  1. Sorte de levier dont se servent les cambrioleurs pour forcer les portes → voir pied-de-biche.
    • Le coffre-fort ne veut pas être brutalisé, violenté ; il faut user de douceur avec lui, le caresser longuement. Une pince-monseigneur, un chalumeau ? Allons donc. Un petit air de flûte. Le charme opère. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 187)
    • Nous sommes partis par une nuit plutôt nocturne
      Nous quatre Dudule le gros Victor et l’Amnésique
      Nous avions collé des semelles crêpes à nos cothurnes
      J’portais les outils la pince-monseigneur l’chalumeau oxhydrique
      — (Boris Vian, Le Tango interminable des perceurs de coffres-forts. Chanson interprétée en 1958 par Les Frères Jacques.)
  2. Clé, ce qui ouvre les portes.
    • Pour eux l’intelligence était l’espèce de « pince monseigneur » grâce à laquelle des gens qu’on ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam forçaient les portes des salons les plus respectés. — (Proust, Guermantes, t.2, 1921, p.442)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]