polycarpique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Adjectif 1) (Date à préciser) Du grec ancien πολύκαρπος, polúkarpos (« aux nombreux fruits ») avec le suffixe adjectival -ique.
(Adjectif 2) De Polycarpe avec le suffixe -ique, car inventés par dom Polycarpe de la Rivière (1586-1639), prieur de la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez.

Adjectif 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
polycarpique polycarpiques
\pɔ.li.kaʁ.pik\

polycarpique \pɔ.li.kaʁ.pik\ masculin et féminin identiques

  1. (Botanique) Se dit d’un végétal qui fleurit ou fructifie plusieurs fois (un nombre indéfini de fois) au cours de sa vie.
    • On voit, en somme, que la mort d'une plante polycarpique est un accident assez rare dans la nature. — (Philippe Édouard Léon Van Tieghem, Traité de botanique, F. Savy, 1891, page 971 → lire en ligne)
  2. (Botanique) Se dit d’un ovaire ou d’un fruit comportant des carpelles libres.
    • La famille établie sous ce nom par Dumortier […] offre pour caractères distinctifs un ovaire infère dans une cupule valvaire polycarpique. — (Pierre Auguste Joseph Drapiez, Dictionnaire classique des sciences naturelles, Meline, cans et compagnie, 1838, volume 4, page 318 → lire en ligne)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Adjectif 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
polycarpique polycarpiques
\pɔ.li.kaʁ.pik\

polycarpique \pɔ.li.kaʁ.pik\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Faux ou d’interprétation douteuse.
    • Les évêques polycarpiques. […] Il n’est pas inutile d’énumérer tout au moins les évêques que Polycarpe de la Rivière a créés de toutes pièces et de signaler les principales inventions de cet auteur, ne serait-ce que pour montrer jusqu’où peut aller la crédulité de ceux qui ont encore confiance en lui. — (E. Duprat, Les origines de l’église d’Avignon, Mémoires de l’Académie de Vaucluse, tome 9, 1909, page 11 → lire en ligne)