porte-parole

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Composé du verbe porter et du nom parole.

Nom commun [modifier le wikicode]

(orthographe traditionnelle)
Singulier et pluriel
Masculin
et féminin
porte-parole
\pɔʁ.tə.pa.ʁɔl\
(orthographe rectifiée de 1990)
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
porte-parole porte-paroles
\pɔʁ.tə.pa.ʁɔl\

porte-parole \pɔʁ.tə.pa.ʁɔl\ masculin et féminin identiques

  1. Celui qui porte la parole, les revendications, les doléances, pour une assemblée, pour une compagnie, pour une personne.
    • Fils d’une humble famille du Rethélois, ce paysan devait atteindre aux plus hautes fonctions, représenter la pensée de la France et de la « chrestienté », et, devant le monde, être leur porte-parole. — (Henri Dacremont, Gerson, éd. Jules Taillandier, Paris, 1929, p. 7)
    • Je ne suis ici qu’un porte-parole. Croyez que je ne plaide pas pour ma cause […] ; mais si mon insistance est désintéressée, elle n’en sera que plus ardente et plus libre. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Cette mécanique que Buridan enseignait rue du Fouarre, aux environs de 1350, pénétra dans l’Italie de la Renaissance, par l’entremise de Jules César Scaliger, qui en fut le porte-parole. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • « Le chantier n’a pas été arrêté […] », a assuré au quotidien économique une porte-parole du groupe français. — (easybourse.com, mai 2009)
    • Les résultats montrent, de façon générale, que les porte-paroles patronaux et syndicaux adhèrent à des valeurs différentes en ce qui a trait à la négociation et à son dénouement. — (Guy Bellemare,Paul-André Lapointe, Innovations sociales dans le travail et l’emploi : recherches empiriques et perspectives théoriques, éditeur Les Presses de l’Université Laval, 2006)
    • Si Dris Ben-Aâlem, le caïd el-mechouar, gouverneur de la cour, commandant de la garde chérifienne, porte-parole du Sultan, était un mulâtre gigantesque à voix stentorienne. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 71)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]