rabat-joie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIVe siècle) Du verbe rabattre et de joie.

Nom commun [modifier]

(orthographe traditionnelle)
Invariable
Masculin
et féminin
rabat-joie
\ʁa.ba.ʒwa\
(orthographe rectifiée de 1990)
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
rabat-joie rabat-joies
\ʁa.ba.ʒwa\

rabat-joie \ʁa.ba.ʒwa\ masculin et féminin identiques

  1. Personne triste ou ennemie de la joie des autres.
    • Ils en auraient vu de toutes les couleurs, tous ces rabat-joie à la mentalité étriquée ! Et toi, tu restes sans bouger, comme une jeune fille doit être ici pour pas faire parler d'elle. — (Christine Deroin, Mot à mot, Éditions L'Inventaire, 2002, p. 56)
    • Simon a passé une heure sur ce toboggan, hier soir, en présence de son père. Il n'est pas tombé une seule fois. Alors cesse de jouer les rabat-joie et écoute ce que j'ai à te dire. — (Kay Stockham, Les promesses du Tennessee, traduit de l'anglais par Isabel Wolff-Perry, éd.Harlequin, 2010, chap. 8)
    • Alice, dis-moi que tu ne vas pas épouser ce rabat-joie. Tu ne t’amuseras jamais avec un homme comme lui. Il ne te fera jamais rire. — (Amanda Bayle, Tout ce qui brille, éd. CyPLoG, 2017, chap. 19)
    • Dans nos sociétés modernes, ne faudrait-il pas plus de rabat-joies pour prévenir l'agressivité invisible nichée dans la bonne humeur des “winners” ? — (Philippe Détrie, La convivialité: Aller vers une entreprise où il fait bon travailler, Éditions Eyrolles, 2011, p. 47)
  2. (Par extension) Chose triste.

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Adjectif [modifier]

(orthographe traditionnelle)
Invariable
Masculin
et féminin
rabat-joie
\ʁa.ba.ʒwa\
(orthographe rectifiée de 1990)
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
rabat-joie rabat-joies
\ʁa.ba.ʒwa\

rabat-joie \ʁa.ba.ʒwa\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Qui étouffe la joie des autres.
    • […] ; ici, ce sont ceux de la Hollande qui l'inspirent; toujours des enfants, mais l'enfance espiègle à présent, au lieu de l'enfance touchante, et, à la place du garde sauveur, la vieille bonne femme rabat-joie. — (Germain Hédiard, « Les Maîtres de la Lithographie : Camille Roqueplan », dans L'Artiste : revue de Paris, 1893, vol. 2, p. 342)
    • Ce message rabat-joie fut hué par une partie de la foule mais tempéra quelque peu l'enthousiasme général. — (Bertrand M. Roehner, Cohésion sociale: une approche observationnelle, éd. Odile Jacob, 2004, p. 150)
    • Et sans doute avait-il encore moins envie de faire le moindre commentaire sur l’interminable litanie des propos rabat-joie que L’Ecclésiaste donne à entendre dans la Bible. — (Jean Bessière, La Vie de l'esprit pour garde du corps, Editions Edilivre, 2017, p. 102)

Références[modifier]