autre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin alter (« autre, autrui, contraire ») via l’ancien français altre.

Adjectif indéfini[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
autre autres
/otʁ/

autre /otʁ/ masculin et féminin identiques

  1. Adjectif marquant que les personnes ou les choses dont on parle sont différentes de celles dont on vient de parler.
    • Les sociétaires soumis à l’assurance obligatoire auront à supporter deux tiers du montant des cotisations, l’autre tiers est à la charge du patron. (Statut de la Caisse locale générale de secours en cas de maladie pour l'arrondissement de Metz-campagne - Valable à partir du 1er janvier 1914, § 49, imp. H. Jauch, Metz, 1914, p.80)
    • Quelle autre chose voulez-vous de moi ?
    • C’est autre chose que j’exige.
    • Entre autres choses.
    • Revenez une autre fois.
    • Nous nous reverrons autre part.
    • — N’avez-vous que ces deux enfants ? — J’en ai encore un autre, huit autres.
    • On ne peut comparer cet animal à aucun autre.
    • Votre habit est usé, il faut en acheter un autre.
    • Ce que vous ne ferez pas dans un temps, vous le ferez dans un autre.
    • Autre est promettre, autre est donner.
    • C’est un autre homme, tout un autre homme, ou mieux, un tout autre homme.
    • Il est devenu tout autre, se dit d’un homme qui a changé en bien ou en mal.
    • Souvent il est gai, d’autres fois il est morne et sombre.
    • Autre chose est une simple affirmation, autre chose est une affirmation avec serment.
    • (Proverbial) Autres temps, autres soins, d’autres circonstances demandent une conduite différente.
    • (Proverbial) Autres temps, autres mœurs, les mœurs, les usages changent avec le temps.
    • (Familier) Il n’en fait pas d’autres, se dit d’un homme qui fait quelque sottise ou commet quelque étourderie, et signifie qu’il lui arrive souvent d’en faire de pareilles.
    • Il en sait bien d’autres, il est capable de bien d’autres tours.
    • J’en ai vu bien d’autres, j’ai vu des choses bien plus extraordinaires que celle-là.
    • En voici bien d’un autre ou d’une autre, voici une chose encore plus surprenante, voici une chose à laquelle on ne s’attendait pas.
    • (Figuré) C’est une autre paire de manches, c’est une autre affaire.
  2. S’emploie également par opposition à un ou une pour distinguer deux êtres ou deux choses ou bien encore deux groupes d’êtres ou de choses déterminés ou indéterminés.
    • Bien, bien, ma cousine ! il y a deux façons de me servir : l’une en exterminant mes ennemis, l’autre en secourant mes amis. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Tel homme recherche ce que tel autre méprise.
    • Il paya deux de ses créanciers et ne donna rien aux autres.
    • Je garde ce cheval et je vous cède l’autre.
    • Aller de côté et d’autre.
    • Des deux livres que vous me demandez, voici l’un, et voilà l’autre.
    • Des deux frères, l’un a pris le parti de l’église et l’autre le parti de l’épée.
    • Ils sont morts l’un et l’autre.
    • Ils ne sont morts ni l’un ni l’autre.
    • L’un et l’autre y a manqué.
    • L’un et l’autre sont venus.
    • Ni l’un ni l’autre ne viendra.
    • Les uns et les autres.
    • Je veux l’un et l’autre, les uns et les autres.
    • Prenez ceux-ci et laissez-moi les autres.
    • Je prends les miens et je laisse tous les autres.
    • Il est chez l’un ou chez l’autre.
    • Il y a une grande différence entre l’un et l’autre.
    • Il en veut à l’un et à l’autre.
    • Ils étaient les uns noirs, les autres blancs.
    • Les uns allaient à droite, d’autres à gauche, d’autres dans tous les sens.
    • Se louer l'un l’autre.
    • Ils se haïssent l’un l’autre.
    • À l'envi l'un de l’autre.
    • Elles médisent l’une de l’autre.
    • Ils étaient aigris l'un contre l’autre.
    • Ils paraissent faits, ils sont nés l’un pour l’autre.
    • Il ne faut pas prendre l'un pour l’autre, confondre l’un avec l’autre.
    • Ils se succédaient les uns aux autres.
    • S’unir l’un à l’autre, l’un avec l’autre.
    • Ils sont dupes les uns des autres.
    • Il est autre que je croyais, que je ne croyais, que je ne le croyais.
    • Être toujours chez l’un ou chez l’autre, être souvent en visite chez les diverses personnes que l’on connaît.
    • Parler de choses et d’autres, s’entretenir, parler de diverses choses.
    • Il dit d’une façon et il fait d’une autre, ses discours et ses actions ne s’accordent pas.
    • L’autre jour, un jour passé indéterminé.
      • J’ai rencontré, l’autre jour, votre frère.
    • Nous autres, vous autres, se dit au lieu de « nous, vous », quand, à propos de tel ou tel fait, on veut distinguer plus précisément ceux qui parlent ou ceux à qui l’on s’adresse de ceux qui sont présents ou absents et marquer une opposition entre eux.
    • L’un vaut l’autre, ils sont aussi bons, aussi mauvais l’un que le second.
    • Qui voit l’un voit l’autre, il n’y a pas de différence entre les deux.
    • C’est tout un ou tout autre, c’est tout l’un ou tout l’autre, il n’y a point de milieu, il n’y a point à choisir entre les deux propositions qui sont faites.
    • L’un dans l’autre, l’un portant l’autre, en compensant l’un avec l’autre.
      • Ces objets coûtent tant, l’un dans l’autre, l’un portant l’autre.
      • Ces deux fermes rapportent, l’une dans l’autre, tant par an.
  3. Supérieur en mérite, plus important, de plus grande conséquence.
    • L’homme que vous me citez est habile, mais celui dont je vous parle est bien un autre homme.
    • Ce vin de Mâcon est bon, mais celui dont je vous parle est bien d’autre vin, est un tout autre vin.
    • Vous loger, passe ; mais vous nourrir, c’est une autre affaire.
  4. Se dit aussi dans le sens de « second », pour exprimer la ressemblance, l’égalité, la conformité qu’il y a entre deux personnes ou entre deux choses.
    • C’est un autre Alexandre, un autre César.
    • Il le regarde comme un autre lui-même.
    • Cette ville est un autre Paris.
  5. S’emploie aussi pour remplacer "une personne quelconque" différente de celui qui parle.
    • J’aime mieux que vous l’appreniez d’un autre que de moi.
    • Quelque autre vous le dira mieux que moi.
    • Quel autre s’en serait avisé ?
    • À votre place, un autre se serait empressé de venir.
    • Tout autre que lui ne s’en serait pas si bien tiré.
    • C’est à lui que je veux avoir affaire et non à d’autres.
    • D’autres sauraient vous flatter ; moi, je vous dis la vérité.
  6. Autrui.
    • Il est plus aisé d’être sage pour soi que pour les autres.
    • Vous rejetez toujours la faute sur les autres.
    • Il se méfie toujours des autres.
  7. (Populaire) On.
    • Comme dit l’autre, comme dit cet autre, comme on dit.
    • Il faut, comme dit l’autre, souffrir ce qu’on ne peut éviter.
    • Ah ! Cet autre ! Écoutez ce que nous dit cet autre !
  8. S’emploie pour faire entendre que l’on ne croit pas aux paroles de quelqu’un et pour lui témoigner une sorte de mépris.
    • À d’autres ! Je n’y crois pas.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Occitan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin alter.

Adjectif indéfini[modifier | modifier le wikicode]

autre /ˈaw.tɾe/ (graphie normalisée) masculin

  1. Autre.

Pronom indéfini[modifier | modifier le wikicode]

autre /ˈaw.tɾe/ (graphie normalisée) masculin

  1. Autre.

Références[modifier | modifier le wikicode]