autre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin alter (« autre, autrui, contraire ») via l’ancien français altre.

Adjectif indéfini[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
autre autres
\otʁ\

autre \otʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Adjectif marquant que les personnes ou les choses dont on parle sont différentes de celles dont on vient de parler.
    • Les sociétaires soumis à l’assurance obligatoire auront à supporter deux tiers du montant des cotisations, l’autre tiers est à la charge du patron. (Statut de la Caisse locale générale de secours en cas de maladie pour l'arrondissement de Metz-campagne - Valable à partir du 1er janvier 1914, § 49, imp. H. Jauch, Metz, 1914, p.80)
    • Quelle autre chose voulez-vous de moi ?
    • C’est autre chose que j’exige.
    • Entre autres choses.
    • Revenez une autre fois.
    • Nous nous reverrons autre part.
    • — N’avez-vous que ces deux enfants ? — J’en ai encore un autre, huit autres.
    • On ne peut comparer cet animal à aucun autre.
    • Votre habit est usé, il faut en acheter un autre.
    • Ce que vous ne ferez pas dans un temps, vous le ferez dans un autre.
    • Autre est promettre, autre est donner.
    • C’est un autre homme, tout un autre homme, ou mieux, un tout autre homme.
    • Il est devenu tout autre, se dit d’un homme qui a changé en bien ou en mal.
    • Souvent il est gai, d’autres fois il est morne et sombre.
    • Autre chose est une simple affirmation, autre chose est une affirmation avec serment.
    • (Proverbial) Autres temps, autres soins, d’autres circonstances demandent une conduite différente.
    • (Proverbial) Autres temps, autres mœurs, les mœurs, les usages changent avec le temps.
    • (Familier) Il n’en fait pas d’autres, se dit d’un homme qui fait quelque sottise ou commet quelque étourderie, et signifie qu’il lui arrive souvent d’en faire de pareilles.
    • Il en sait bien d’autres, il est capable de bien d’autres tours.
    • J’en ai vu bien d’autres, j’ai vu des choses bien plus extraordinaires que celle-là.
    • En voici bien d’un autre ou d’une autre, voici une chose encore plus surprenante, voici une chose à laquelle on ne s’attendait pas.
    • (Figuré) C’est une autre paire de manches, c’est une autre affaire.
  2. S’emploie également par opposition à un ou une pour distinguer deux êtres ou deux choses ou bien encore deux groupes d’êtres ou de choses déterminés ou indéterminés.
    • Bien, bien, ma cousine ! il y a deux façons de me servir : l’une en exterminant mes ennemis, l’autre en secourant mes amis. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, vol. I, ch. XI)
    • Tel homme recherche ce que tel autre méprise.
    • Il paya deux de ses créanciers et ne donna rien aux autres.
    • Je garde ce cheval et je vous cède l’autre.
    • Aller de côté et d’autre.
    • Des deux livres que vous me demandez, voici l’un, et voilà l’autre.
    • Des deux frères, l’un a pris le parti de l’église et l’autre le parti de l’épée.
    • Ils sont morts l’un et l’autre.
    • Ils ne sont morts ni l’un ni l’autre.
    • L’un et l’autre y a manqué.
    • L’un et l’autre sont venus.
    • Ni l’un ni l’autre ne viendra.
    • Les uns et les autres.
    • Je veux l’un et l’autre, les uns et les autres.
    • Prenez ceux-ci et laissez-moi les autres.
    • Je prends les miens et je laisse tous les autres.
    • Il est chez l’un ou chez l’autre.
    • Il y a une grande différence entre l’un et l’autre.
    • Il en veut à l’un et à l’autre.
    • Ils étaient les uns noirs, les autres blancs.
    • Les uns allaient à droite, d’autres à gauche, d’autres dans tous les sens.
    • Se louer l'un l’autre.
    • Ils se haïssent l’un l’autre.
    • À l'envi l'un de l’autre.
    • Elles médisent l’une de l’autre.
    • Ils étaient aigris l'un contre l’autre.
    • Ils paraissent faits, ils sont nés l’un pour l’autre.
    • Il ne faut pas prendre l'un pour l’autre, confondre l’un avec l’autre.
    • Ils se succédaient les uns aux autres.
    • S’unir l’un à l’autre, l’un avec l’autre.
    • Ils sont dupes les uns des autres.
    • Il est autre que je croyais, que je ne croyais, que je ne le croyais.
    • Être toujours chez l’un ou chez l’autre, être souvent en visite chez les diverses personnes que l’on connaît.
    • Parler de choses et d’autres, s’entretenir, parler de diverses choses.
    • Il dit d’une façon et il fait d’une autre, ses discours et ses actions ne s’accordent pas.
    • L’autre jour, un jour passé indéterminé.
      • J’ai rencontré, l’autre jour, votre frère.
    • Nous autres, vous autres, se dit au lieu de « nous, vous », quand, à propos de tel ou tel fait, on veut distinguer plus précisément ceux qui parlent ou ceux à qui l’on s’adresse de ceux qui sont présents ou absents et marquer une opposition entre eux.
    • L’un vaut l’autre, ils sont aussi bons, aussi mauvais l’un que le second.
    • Qui voit l’un voit l’autre, il n’y a pas de différence entre les deux.
    • C’est tout un ou tout autre, c’est tout l’un ou tout l’autre, il n’y a point de milieu, il n’y a point à choisir entre les deux propositions qui sont faites.
    • L’un dans l’autre, l’un portant l’autre, en compensant l’un avec l’autre.
      • Ces objets coûtent tant, l’un dans l’autre, l’un portant l’autre.
      • Ces deux fermes rapportent, l’une dans l’autre, tant par an.
  3. Supérieur en mérite, plus important, de plus grande conséquence.
    • L’homme que vous me citez est habile, mais celui dont je vous parle est bien un autre homme.
    • Ce vin de Mâcon est bon, mais celui dont je vous parle est bien d’autre vin, est un tout autre vin.
    • Vous loger, passe ; mais vous nourrir, c’est une autre affaire.
  4. Se dit aussi dans le sens de « second », pour exprimer la ressemblance, l’égalité, la conformité qu’il y a entre deux personnes ou entre deux choses.
    • C’est un autre Alexandre, un autre César.
    • Il le regarde comme un autre lui-même.
    • Cette ville est un autre Paris.
  5. S’emploie aussi pour remplacer "une personne quelconque" différente de celui qui parle.
    • J’aime mieux que vous l’appreniez d’un autre que de moi.
    • Quelque autre vous le dira mieux que moi.
    • Quel autre s’en serait avisé ?
    • À votre place, un autre se serait empressé de venir.
    • Tout autre que lui ne s’en serait pas si bien tiré.
    • C’est à lui que je veux avoir affaire et non à d’autres.
    • D’autres sauraient vous flatter ; moi, je vous dis la vérité.
  6. Autrui.
    • Il est plus aisé d’être sage pour soi que pour les autres.
    • Vous rejetez toujours la faute sur les autres.
    • Il se méfie toujours des autres.
  7. (Populaire) On.
    • Comme dit l’autre, comme dit cet autre, comme on dit.
    • Il faut, comme dit l’autre, souffrir ce qu’on ne peut éviter.
    • Ah ! Cet autre ! Écoutez ce que nous dit cet autre !
  8. S’emploie pour faire entendre que l’on ne croit pas aux paroles de quelqu’un et pour lui témoigner une sorte de mépris.
    • À d’autres ! Je n’y crois pas.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Occitan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin alter.

Adjectif indéfini[modifier | modifier le wikicode]

autre \ˈaw.tɾe\ (graphie normalisée) masculin

  1. Autre.

Pronom indéfini[modifier | modifier le wikicode]

autre \ˈaw.tɾe\ (graphie normalisée) masculin

  1. Autre.

Références[modifier | modifier le wikicode]