supérieur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Supérieur, superieur

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin superior.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin supérieur
\sy.pe.ʁjœʁ\
supérieurs
\sy.pe.ʁjœʁ\
Féminin supérieure
\sy.pe.ʁjœʁ\
supérieures
\sy.pe.ʁjœʁ\

supérieur \sy.pe.ʁjœʁ\

  1. Qui est situé au-dessus.
    • La région supérieure de l’atmosphère.
    • L’orifice supérieur de l’estomac.
    • La partie supérieure d’un édifice.
    • Les étages supérieurs.
  2. (Géographie) Anciennement, se disait des pays les plus rapprochés de la source du fleuve ou de la rivière qui les traverse.
    • La Germanie supérieure.
    • La Pannonie supérieure.
  3. (Figuré) Qui est au-dessus d’un autre, qui l’emporte sur les autres pour la condition, la dignité, le mérite, l’autorité, les forces, etc.
    • Les chanteurs sont supérieurs à ceux du même ordre entendus à Paris. La salle, bondée, les encourage par des ovations. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Les classes supérieures de la société.
    • Les emplois, les grades supérieurs.
    • Officier supérieur.
    • Un génie supérieur.
    • C’est un esprit supérieur.
    • Il lui est supérieur par sa science, par son mérite.
    • Les ennemis nous étaient supérieurs en nombre, en infanterie.
    • Notre artillerie était supérieure.
    • Puissance, autorité supérieure.
    • Force supérieure.
    • Prix supérieur.
    • Être supérieur à son emploi, à sa fonction : Avoir plus de talents que n’en exige l’emploi qu’on occupe.
    • On dit dans un sens analogue :
    • Un auteur supérieur à son œuvre.
    • Enseignement supérieur : Enseignement de plus haut degré.
    • Cours supérieur.
  4. (Mathématiques) Plus grand ou égal. Le symbole : ou . Note d’usage : En mathématiques ce mot comprend l’égalité, mais ce n’est pas le cas du langage courant et de l’informatique. Pour éviter la confusion possible, on peut dire supérieur ou égal.
    • 3 est supérieur à 2.

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Mathématiques :

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin supérieur
\sy.pe.ʁjœʁ\
supérieurs
\sy.pe.ʁjœʁ\
Féminin supérieure
\sy.pe.ʁjœʁ\
supérieures
\sy.pe.ʁjœʁ\

supérieur \sy.pe.ʁjœʁ\ masculin (équivalent féminin : supérieure)

  1. Celui qui est situé au-dessus.
    • Sur ce principe, Leiser, dans son Jus georgicum, lib.3, cap.9, n° 18, décide d'après la loi 3, § 2, ff aqu pluv. arcend., que l'inférieur ne peut se plaindre de ce que le supérieur a converti une terre semable en un pré arrosable. (Joseph Dubreuil, Charles Joseph Barthélémy Giraud, Analyse raisonnée de la législation sur les eaux, volume 1, page 374, 1842)
  2. Celui, celle qui a autorité sur un autre, qui a le droit de commander à un autre.
    • Il faut obéir à ses supérieurs.
    • Les relations de supérieur à inférieur.
    • Il est mon égal, non pas mon supérieur.
    • Monsieur Haneda était le supérieur de monsieur Omochi, qui était le supérieur de monsieur Saito, qui était le supérieur de mademoiselle Mori, qui était ma supérieure. (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p.7)
  3. (Christianisme) Celui, celle qui dirige, qui gouverne un monastère.
    • La supérieure des béguines, […], ne put suivre ses compagnes : le lendemain, on la trouvait dans la cave du béguinage, asphyxiée, les bras en croix. (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.205)
    • On s’injuriait à table. On injuriait même le supérieur, homme emporté mais faible. On lui rappelait à l’occasion que son père avait été pendu. (Jean Fournée, Bourg-Achard, dans Aspects du monachisme en Normandie, p.133, J. Vrin, 1979)

Antonymes[modifier]

Celui qui a autorité sur un autre

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Références[modifier]