spéculatrice

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : speculatrice

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1549) Du moyen français spéculatrice, issu latin speculatrix (« celle qui observe »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
spéculatrice spéculatrices
\spe.ky.la.tʁis\

spéculatrice \spe.ky.la.tʁis\ féminin (équivalent masculin : spéculateur)

  1. Celle qui s’imprègne d’un sujet en profondeur.
    • La notion de surnaturel passe généralement dans nos pays pour caractériser ce qui est religieux, car la religion par certains côtés récupère les faits merveilleux qui échappent à la science, à la pensée rationnelle. Elle s’en fait la spéculatrice. — (Janine Fontaine, Notre Quatrième Monde, Robert Laffont, 2011 → lire en ligne)
  2. Celle qui parie sur les fluctuations du marché pour réaliser des bénéfices en banque, finance, commerce.
    • C'est ainsi qu’une spéculatrice de Cornouailles était haranguée par les mineurs d’étain en 1795 — (Edward P. Thompson, Les Usages de la coutume. Traditions et résistances populaires en Angleterre (XVIIe-XIXe siècle), Le Seuil, 2015 → lire en ligne)
  3. (Figuré) Celle qui escompte une réaction d’autrui en vue d’en tirer un avantage.
    • Décidément, Emma est une spéculatrice romantique, une capitaliste du sentiment, une avare de la consommation affective. — (Alain Buisine, Emma Bovary, éditions Autrement, 1997 → lire en ligne)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Forme d’adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin spéculateur
\spe.ky.la.tœʁ\

spéculateurs
\spe.ky.la.tœʁ\
Féminin spéculatrice
\spe.ky.la.tʁis\
spéculatrices
\spe.ky.la.tʁis\

spéculatrice \spe.ky.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de spéculateur.
    • La philosophie positive constitue, sauf l’inégalité de degré, une identité mentale qui ne permet plus à la classe spéculatrice de s’isoler de la masse des travailleurs. — (Eugène de Roberty, La Philosophie du siècle, BnF, collection ebooks, 2016 → lire en ligne)

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]