tondeur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé de tondre avec le suffixe -eur.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
tondeur tondeurs
\tɔ̃.dœʁ\

tondeur \tɔ̃.dœʁ\ masculin (pour une femme on dit : tondeuse)

  1. Celui qui tond.
    • Serpe à tontures, […]. Elle est depuis longtemps en usage au Jardin des Plantes, et elle a été présentée à la Société d'Horticulture par M. Pépin. « Le tondeur », a-t-il dit dans son Rapport, « marchant à reculons, peut juger de sa direction, couper aussi droit que s'il se servait d'un cordeau, faire autant de travail que trois hommes, et cela en se fatiguant beaucoup moins qu'avec les ciseaux. » — (Figures pour l'almanach du bon jardinier du Bon Jardinier, par Decaisne & Hérincq, Paris : chez Dusacq, 1835, p. 297)
    1. (En particulier) Celui qui tondait les draps et les étoffes.
      • Dès l'instant même ou l'un de ceux-ci essayait de former un apprenti, tous les tondeurs faisaient ce qu'ils appellent la cloque, cessaient tout travail et recevaient, du reste des coalisés, une paie suffisante pour les faire vivre jusqu'à ce que le négociant réfractaire à leur volonté eût retiré l'apprenti qu'ils ne voulaient pas recevoir. — (Abbé Pregnon, Histoire du pays et de la ville de Sedan, T.2, 1856)
      • Les tondeurs n'en cesseront pas pour autant de veiller au grain et de revendiquer. Pour tous les ouvriers et toutes les ouvrières du textile la condition empirait avec la hausse des prix, […]. — (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
    2. (En particulier) Celui qui tondait les chiens.
      • Lorsque le chien est trop mauvais & qu'il veut mordre son Tondeur, celui-ci se met à l'abri de la morsure en le muselant. Indépendamment de la dextérité & de la sûreté de la main qu'il faut avoir pour ne pas couper la chair en tondant le poil, selon que le Tondeur a plus ou moins de goût, il tond les chiens plus ou moins élégamment & donne plus de grâce à sa tonture. — (« Tondeurs de chiens », dans le Dictionnaire Raisonné Universel des Arts et Métiers, nouvelle édition en ordre par l'abbé Joubert, tome 4, Paris : chez P. Fr. Didot jeune, 1783, p. 294)
    3. (En particulier) (Élevage) Celui qui tond les moutons.
      • Les tondeurs diffèrent beaucoup dans leur manière d'opérer. […]. Un tondeur d'une adresse médiocre, tond 60 moutons dans la journée, et les habiles en tondent jusques à cent, c'est-à-dire, dix par heure. C'est une chose étonnante à voir que l'adresse des habiles tondeurs dans leur manière de manier et de placer les moutons, et de se servir des ciseaux. — (« On Sheep Shaearing. De la tonte des moutons », par Mr. Price. {Annales d'Arthur Young.), dans la Bibliothèque britannique : Agriculture anglaise, tome 7, Genève : de l'Imprimerie de la Bibliothèque britannique, an X (janv. 1802), p. 12)

Traductions[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]