mouton

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Mouton

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du gallo-roman *mŭltōnem, accusatif de *mŭlto, mot gaulois (→ voir maout, « bélier castré » en breton, gallois mollt, irlandais mult).
Le latin ovis (« mouton (terme générique) », « brebis » car un troupeau d’ovins se compose essentiellement de brebis), s’opposait à vervex (« mâle châtré ») et à aries (« bélier »). À l’exception du roumain, ce « système » a été désorganisé, dans les langues romanes, par la ressemblance de ovis avec ovum (« œuf ») qui a conduit au remplacement du mot par plusieurs substituts.
  1. Au sens de « brebis » on a eu recours à ovicula (→ voir ouaille) ainsi qu'à feta (« animal qui a mis bas ») ou à pecora (→ voir pécore).
  2. Au sens de « mouton (terme générique) », le gallo-romain a utilisé vervex (sens conservé dans le Nord), concurrencé par le gaulois *mŭlto (« mâle châtré », soit le sens ancien de vervex), qui désignea le « bélier » et le « mouton (terme générique) », au détriment de vervex qui prit à son tour le sens de « brebis » (au neuvième siècle) où il a peu à peu évincé ouaille du moins dans les parlers septentrionaux.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
mouton moutons
/mu.tɔ̃/
Des moutons. (1)
Principe du battage avec un mouton. (8)

mouton /mu.tɔ̃/ masculin (équivalent féminin : brebis)

  1. Mammifère herbivore de la famille des ovidés, à poils laineux et frisés.
    • Il ne voulait pas lâcher son mouton, mais les bêlements semblaient s’éloigner et la maudite bête tirait sur sa corde et refusait de pénétrer dans le fourré. (Charles Deulin, Les Muscades de la Guerliche)
    • La noirceur de la tourbe et des basaltes est coupée par des taches d’un gazon vert et abondant qui, bien que coriace, sert cependant de nourriture à près de 200.000 moutons sauvages, venus on ne sait d’où. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Les moutons transhumants portent, attachés leur laine, de nombreuses graines de la plaine vers la montagne et surtout de la montagne vers la plaine ; […]. (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.19)
    • Retourner au village, vivre à nouveau parmi les racontars des femmes, écouter tout le jour les piaulements des dindes et des poulets, les bêlements des moutons, cela l’attirait peu. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
  2. (En particulier) (Élevage) Les béliers, brebis et agneaux, quand ils sont en troupe.
    • Les paysans du Nivernais ont accoutumé de dire de leurs voisins du Berry que « quatre-vingt-dix-neuf moutons et un Berriat (ou Berrichon) font cent bêtes », locution que les Berrichons ou Berriats ne manquent pas de transformer à l’usage des Limousins, […]. (Franc-Nohain, Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
  3. Bélier châtré qu’on engraisse pour la boucherie.
    • Mouton de pré-salé.
    • Gigot, épaule, côtelettes, pieds de mouton.
  4. (Par métonymie) Viande de cet animal.
    • Le mouton est une viande noire.
    • Du mouton bien tendre.
  5. (Par métonymie) Peau de cet animal, basane.
    • La reliure de ce livre est en mouton.
  6. (Figuré) Homme aposté pour gagner la confiance d’un prisonnier, découvrir son secret et le révéler.
    • On mit près de lui un mouton pour le faire parler.
  7. (Figuré) Personne incapable de prendre une décision et qui se contente de suivre un meneur. → voir mouton de Panurge.
    • Ils l’ont tous suivi comme des moutons.
  8. Masse de fer, ou d’une grosse pièce de bois armée de fer, qu’on élève et qu’on laisse retomber sur des pieux pour les enfoncer en terre.
    • Lorsque , par l'effet de l'enfoncement du pieu, sa tête est parvenue un peu au-dessous du pied de la sonnette, le mouton ne peut plus l'atteindre , et alors on ne peut continuer le battage que par le moyen d'un faux pieu. (Émiland Gauthey , Construction des ponts, Œuvres de M. Gauthey, vol.2, 1813, p.264)
  9. Grosse pièce de bois dans laquelle sont engagées les anses d’une cloche, pour la tenir suspendue.
  10. (Par analogie) Vagues blanchissantes qui s’élèvent sur la mer et sur les grandes rivières, lorsqu’elles commencent à être agitées.
  11. Flocons de poussière qui s’assemblent sous les meubles.
    • Tu ne fais pas le ménage souvent : c’est plein de moutons sous ton divan !

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

masse qu’on laisse retomber sur des pieux pour les enfoncer
amas de poussière

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

du sens de personne incapable de prendre seule une décision

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

  • revenons à nos moutons (reprenons le discours que nous avons quitté ou interrompu, revenons à notre sujet ; par allusion à la farce de Maître Pathelin)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier | modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

  •  : écouter « mouton »
  • France : écouter « mouton [mu.tɔ̃] »

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du gaulois *multo → voir mouton.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

mouton /Prononciation ?/ masculin

  1. Bélier.
  2. (Militaire) Bélier.
  3. Mouton.

Variantes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg (mouton)