brebis

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’ancien français berbis, issu du latin populaire de Gaule *berbīcem, accusatif de *berbīx, altération du latin classique berbex « mouton, bélier », variante de vervex.

Nom commun [modifier]

Singulier et pluriel
brebis
\bʁǝ.bi\
Photographie d’un animal pelucheux.
Une brebis de Sisteron (sens 1).
Photographie d’un bout de fromage.
Une briquette de brebis (sens 2).
Photographie d’un bas relief.
Fronton de l'église du Bon-Pasteur de Lyon représentant le Christ, le Bon Pasteur, veillant sur ses brebis (sens 3).

brebis \bʁǝ.bi\ féminin (équivalent masculin : bélier), singulier et pluriel identiques

  1. Femelle du bélier.
    • […] et on n’entend jamais, en traversant un village, le beuglement d’une vache, le bêlement d’une brebis. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. (Par extension) Fromage fait à partir de lait de brebis.
  3. (Religion) Chrétien, en tant qu’il est sous la conduite de son pasteur.
    • Voilà, le dix-neuvième siècle finissant, ce qui s'est passé dans la République française. Et de douces brebis du Christ demandent à recommencer. — (Georges Clemenceau, À l'Île du Diable dans L'Aurore, 9 juillet 1899 - En réunion dans Justice militaire, Stock, 1901, p.248)
    • On ne m’a pas toujours écouté et je le déplore  ; je le regrette pour vous, mes frères, pour vous, mes sœurs, et pour moi aussi, car le Seigneur, un jour, me demandera compte des brebis que j’ai laissées s’égarer. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Si elle a bien compris monsieur le Curé, il faut agir auprès des âmes comme un chien de berger, regrouper les brebis égarées sous la houlette du Bon Pasteur, et sans tarder. Plus proche le nuage, plus fort l’effroi, plus prompte aussi doit être la résipiscence. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

Apparentés étymologiques[modifier]

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]