gros

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Gros, gròs, groš, groß

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du bas latin grossus à rapprocher de l’allemand groß, de l’ancien haut-allemand grôz.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin gros
\ɡʁo\
Féminin grosse
\ɡʁos\
grosses
\ɡʁos\

gros \ɡʁo\

  1. Qui a beaucoup de circonférence ou de volume.
    • Un gros homme.
    • Un gros paquet.
    • Que diable ! te voilà grand et gros comme père et mère. (Molière, Les Fourberies de Scapin, I, 2)
  2. Se dit, sans songer à la grosseur absolue, pour exprimer la grosseur relative.
    • Les souris sont moins grosses que les rats.
    • Le gros bout et le petit bout.
    • Elle [la grenouille], qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
      Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille
      Pour égaler l’animal [le bœuf] en grosseur […]
      (Jean de La Fontaine, Fables, livre premier, fable III)
    • Les grosses lettres sont formées de traits plus longs et plus larges que ceux des caractères ordinaires.
  3. Qui surpasse en étendue, en volume, en valeur, en importance, la plupart des choses de même genre.
    • Une grosse rivière.
    • […] Pindare ayant loué dans un de ses ouvrages la ville d’Athènes, les Thébains le condamnèrent à une grosse amende. (Charles Rollin, Histoire ancienne, livre XIV, VI)
    • L’abbé de Condillac revenait en France avec une pension de dix mille livres et l’assurance d’une grosse abbaye […] (Voltaire, Lettre à M. Damilaville, 11 décembre [1764])
    • On composerait un gros livre de tout le bien qu’on peut faire ; mais un prince philosophe n’a pas besoin d’un gros livre. (Voltaire, Politique et législation : La Voix du sage et du peuple)
    • Cette opération [l’irrigation des terres], qui tripleroit les productions, exige de gros capitaux & beaucoup d’esclaves. (Abbé Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, tome VII, 39)
  4. Qui est supérieur en nombre.
    • Un gros escadron de Parthes pleins de joie. (Pierre Corneille, Rodogune princesse des Parthes, I, 6)
    • Un prince veut faire la guerre ; et, croyant que Dieu est toujours pour les gros bataillons, il double le nombre de ses troupes ; le voilà d’abord ruiné dans l’espérance d’être vainqueur […] (Voltaire, Des singularités de la nature, XXXIII, 1768)
  5. Un peu plus de…
    • Il y a jusque-là une grosse lieue.
    • Je serai chez toi dans une grosse demi-heure.
  6. (Figuré) Qui a de la gravité ; qui a des suites, des conséquences.
    • Ce n’est pas une grosse affaire.
    • Je suis bien trompée, ou c’est un péché qu’il fait contre les idées de l’amour, des plus gros qu’il se fasse. (Marquise de Sévigné, Lettre du 29 novembre 1679)
  7. (Familier) Qui a de l'intensité
    • Un gros rhume
    • Il s’est fait une grosse querelle avec un de ses voisins.
    • La pauvre Mme de Coulanges a une grosse fièvre avec des redoublements. (Marquise de Sévigné, 313.)
    • J’ai été tenté de me mettre dans une grosse colère à l’occasion de ce qui s’est passé à l’Académie française […] (Voltaire, Correspondance générale : À M. le Marquis de Condorcet, 11 mai 1772)
  8. Grossi, enflé.
    • Avoir une grosse bosse.
    • La rivière est très grosse depuis plusieurs jours.
    • L’Eurotas était alors fort gros et fort enflé par la fonte des neiges […] (Charles Rollin, Histoire ancienne, livre XII, chapitre I, IV)
  9. (Vieilli) Simple à comprendre.
    • En l’un [l’esprit de géométrie], les principes sont palpables, mais éloignés de l’usage commun, de sorte qu’on a peine de tourner la tête de ce côté-là, manque d’habitude ; mais, pour peu qu’on s’y tourne, on voit les principes à plein ; et il faudrait avoir l’esprit faux pour mal raisonner sur des principes si gros qu’il est presque impossible qu’ils échappent. (Blaise Pascal, Pensées, article VII, 1, édition Lahure, 1860)
  10. (Figuré) D'un caractère sans finesse.
    • Le pays de Lalleu n’a que de gros laboureurs, mais gens de bon sens et de bon gros raisonnement. (Louis de Rouvroy, 473, 92)
    • Rien ne paraît plus éloigné de l’aimable caractère du chien que le gros instinct brut du cochon […] (Georges Louis Leclerc de Buffon, Quadrupèdes, tome VIII, p. 56)
    • Un gros lourdaud, une grosse brutte, un gros butor.
    • Les plus habiles courtisans peuvent être de fort grosses dupes. (Cardinal de Retz, IV, 90)
  11. Épais, brut
    • De la grosse toile.
    • Des gros souliers.
    • Un gros vin, couvert et épais.
  12. Grossier,vulgaire.
    • Un gros juron.
    • Passez les mots aux rieurs,
      Les plus gros sont les meilleurs
      Pour la gaudriole.
      (Pierre Jean de Béranger, La Gaudriole)
  13. En parlant des personnes, riche, opulent ou qui opère en grand
    • Une grosse fortune.
    • Je me trouvai au palais avec bon nombre de noblesse et de gros bourgeois. (Cardinal de Retz, III, 339)
    • Sais-tu bien qu’en temps de peste cette fille-là pourrait devenir un très gros parti ? (Jean-François Regnard, le Retour imprévu, scène 2)
    • Le premier est celui d’un gros négociant qui laissa de grandes richesses à ses enfants […] (Alain René Lesage, Le Diable boiteux, XII)
  14. Qui présage un évènement redouté
    • L’avenir est gros de menaces.
    • Pour la troisième fois, et sur un ton intolérablement agressif, il réitéra son insolente question. Un silence gros de danger suivit. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 349 de l’éd. de 1921)
  15. (Vieilli) ou (Vulgaire)Désigne les femmes enceintes et parfois pour les annimaux femelles gravides.
    • Lorsqu’elle était grosse de son premier enfant.
  16. (Marine) Soulevé en vagues fortes, en parlant de la mer.
    • La mer déjà très grosse, formée de houles aux directions différentes, devient effroyable ; c’est un monstrueux clapotis, sans direction déterminée […] (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Variantes dialectales[modifier]

Hyponymes[modifier]

→ voir bien en chair#Synonymes (pour un homme)

Traductions[modifier]

Nom commun 1[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin gros
\ɡʁo\
Féminin grosse
\ɡʁos\
grosses
\ɡʁos\

gros \ɡʁo\

  1. Substantif de l’adjectif : personne présentant une corpulence certaine.
    • Toi, le gros, tais-toi !
  2. (Familier) Riche, notable.
    • Les gros vont à la messe.
  3. (Vieilli) Droit que l’on payait aux fermiers des aides pour chaque muid de vin que l’on vendait en gros.
    • Les bourgeois ne payaient point le gros du vin de leur cru à l’entrée de la ville.
    • Prendre tant pour le gros.
    • Gros de Naples, gros de tours, Noms de certaines étoffes de soie que l’on faisait spécialement à Naples, à tours, et qui étaient un peu plus fortes que le taffetas ordinaire.
  4. (Archaïsme) Ancienne mesure de poids, la huitième partie de l’once.
  5. (Archaïsme) Ancienne monnaie de valeur variable.

Dérivés[modifier]

Nom commun 2[modifier]

Invariable
gros
\ɡʁo\

gros \ɡʁo\ adjectif substantivé masculin singulier

  1. Partie principale d'une chose.
    • Casablanca est une ville bédouine. Le gros de sa population se recrute parmi les tribus voisines. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 22)
    • Qu’heureux est ce moment où sa bonté [de Dieu] déploie
      Sur un gros d’amertume un peu de ses douceurs !
      (Pierre Corneille, L’Imitation de Jésus-Christ, II, 8)
  2. (Construction) Poutre de charpente dont deux dimensions sont égales.
  3. La partie la plus forte en nombre.
    • En vain donc ces dangereux interprètes nous crient que le gros des Pères n'a jamais examiné critiquement, le vrai ou le faux des explications littérales de la Bible ; qu'aussi la Tradition varie fort sur cela ; […]. (Père Ignace de Laubrussel, Traité des Abus de la Critique en Matière de Religion, Paris : Grégoire du Puis, 1711, vol.2, p.135)
    • Le gros des forces aériennes indo-britanniques périt dans la Birmanie sur un bûcher d’antagonistes embrasés. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 413 de l’éd. de 1921)
    • Mais Judas en fut averti, et il marcha aussitôt avec les plus vaillants de ses troupes, pour aller attaquer le gros de l’armée du roi qui était à Emmaüs […] (Isaac Louis Lemaistre de Sacy, Bible, Machabbées I, IV, 3)
    • Le cardinal de Lorraine pressait l’ouverture du colloque, bien que le gros des prélats, et surtout le cardinal de Tournon, archevêque de Lyon, qui les présidait comme le plus ancien cardinal, y eussent une extrême répugnance. (Jacques-Bénigne Bossuet, Histoire des variations des églises, IX, § 92)
    • Les éléphants et les chevaux marchaient à la tête ; il [Annibal] suivait avec le gros de son infanterie, attentif et prenant garde à tout. (Charles Rollin, Histoire ancienne, livre II, deuxième partie, chapitre II)
  4. Ce qu’il y a de principal et de plus considérable.
    • M. de Vaugelas donna les siens [papiers], qui étaient fort courts, et ne touchaient que le gros de ce dessein [le plan du dictionnaire], auquel il offrait de nouveau de contribuer ses remarques […] (Félix-Titus Courtat, Monographie du « Dictionnaire de l’Académie Française », 1880)
    • Il tombe ensuite en des parenthèses qui peuvent passer pour épisodes, mais qui font oublier le gros de l’histoire, et à lui qui vous parle, et à vous qui le supportez. (Jean de la Bruyère, V)
    • […] mais ceux-ci faisaient bientôt passer le gros de leurs discours au reste de l’armée. (Charles Rollin, Histoire ancienne, livre XXV, chapitre premier, article V, II)
  5. Commerce dans lequel on ne vend que par grandes quantités, par opposition au commerce de détail.
    • Marchand en gros.
    • Tenir le gros.
  6. Dans le département du Nord, houille en gros morceaux.
  7. (Reliure) Cahier de seize pages, dans la feuille in-douze.
  8. Revenu fixe d’une cure, par opposition au casuel.
  9. Revenu principal qu’un chanoine tire de sa prébende, par opposition à distribution manuelle.
  10. (Droit) Taxe que l’on payait aux fermiers des aides pour chaque muid de vin que l’on vendait en gros.
  11. (Métrologie) Anciennement, la cent-vingt-huitième partie de la livre, ou la huitième partie d’une once.
    • Un gros d’argent, de soie.
  12. (Textile) Étoffe à effet de côtes. Le nom est généralement complété de son lieu supposé de fabrication : gros de Tours, de Lyon, etc.

Dérivés[modifier]

Adverbe[modifier]

Invariable
gros
\ɡʁo\

gros \ɡʁo\ invariable

  1. D’une manière grosse.
    1. Écrire gros : Écrire en caractères plus gros que d’habitude.
    • Mon cher ange, je suis presque aveugle, j’écris de ma main et le plus gros que je peux. (Voltaire, Correspondance, année 1770 : Lettre à M. le Comte d’Argental, À Verney, 24 novembre)
  2. Beaucoup.
    • Jouer gros, risquer gros.
    • J’ai vu dans le palais une robe mal mise
      Gagner gros […]
      (Jean de la Fontaine, Fables, VII, 15 (Les Devineresses))
    • M. de Duras n’a prêté serment [de maréchal] que parce que les gens du roi, qui en touchent gros, s’avisèrent qu’il n’avait prêté ni celui de maréchal de France, ni celui de gouverneur de la Franche-Comté. (Louis de Rouvroy, 5, 68)
    • À la fin, et à force de donner gros, le marché [entre Monsieur et le cardinal de Bouillon pour le Dauphiné d’Auvergne] fut conclu. (Louis de Rouvroy, 24, 28)
    • Mais il est clair qu’on me donne en échange
      De l’amitié pour de l’amour,
      C’est perdre gros […]
      (Imbert, Jaloux sans amour, I, 5)
  3. Cela coûte gros : Cela coûte beaucoup (locution née pendant la révolution, dit Mme. de Genlis, Mémoires, tome V, p. 91).
  4. Dans des dimensions relativement considérables.
    • Écrire gros.

Dérivés[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

  • gros sur Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier]

Ancien occitan[modifier]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier]

Du latin grossus.

Adjectif[modifier]

gros masculin (équivalent féminin : grossa)

  1. Gros.
  2. État d’une femme enceinte.
  3. Soulevé, agité.

Nom commun[modifier]

gros masculin

  1. (Numismatique) Gros, sorte de monnaie.

Références[modifier]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

Catalan[modifier]

Étymologie[modifier]

Du bas latin grossus.

Adjectif[modifier]

gros \ˈɡɾɔs\ masculin (féminin : grossa)

  1. Grand.

Synonymes[modifier]

Néerlandais[modifier]

Étymologie[modifier]

Du substantif français « grosse » qui désigne une douzaine de douzaines, soit cent quarante quatre unités.

Nom commun[modifier]

Nombre Singulier Pluriel
Nom gros
\ɣrɔs\
Diminutif grosje
\ˈɣrɔ.sʲɛ\

gros \ɣrɔs\ neutre

  1. Quantité de 144 (douzaine de douzaines)
  2. Majorité.

Synonymes[modifier]

Prononciation[modifier]

  • Pays-Bas : écouter « gros [χrɔs] »