grossier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIe siècle) Dérivé de gros avec le suffixe -ier.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin grossier
\ɡʁo.sje\
grossiers
\ɡʁo.sje\
Féminin grossière
\ɡʁo.sjɛʁ\
grossières
\ɡʁo.sjɛʁ\

grossier \ɡʁo.sje\

  1. Qui n’est pas fin, qui n’est pas délicat.
    1. (Sens propre)
      • Les pois mûrs & secs sont un des légumes qui fournissent la purée la plus délicate, & l’aliment le moins grossier. — (Denis Diderot & Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, p.884)
      • Leur costume consistait en une grossière vareuse de laine noire connue dans tous les pays scandinaves sous le nom de « vadmel », un chapeau à vastes bords, un pantalon à lisère rouge et un morceau de cuir replié en manière de chaussure. — (Jules Verne, Voyage au centre de la Terre)
      • Des traits grossiers.
    2. (Figuré)
      • Les plaisirs grossiers : Les plaisirs des sens, par opposition aux plaisirs de l’esprit. On dit de même : Des désirs grossiers, des appétits grossiers, etc.
  2. Qui n’est pas fait avec délicatesse, avec soin.
    • Cet ouvrage de menuiserie est bien grossier.
    • Une sculpture, une architecture grossière.
  3. (Figuré) Qui a de la rudesse, qui manque de culture, d’éducation.
    • Mœurs grossières.
    • Langage grossier.
    • La veille du jour où il arrêta Eugène sur le cours Sauvaire, il avait publié, dans l’Indépendant, un article terrible sur les menées du clergé, en réponse à un entrefilet de Vuillet, qui accusait les républicains de vouloir démolir les églises. Vuillet était la bête noire d’Aristide. Il ne se passait pas de semaine sans que les deux journalistes échangeassent les plus grossières injures. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, p. 99)
  4. Malhonnête, incivil.
    • Dire à quelqu’un les injures les plus grossières.
  5. (Figuré) Ce qui suppose beaucoup d’ignorance, de sottise, de déraison ou de maladresse.
    • Erreur grossière.
    • N’avoir de quelque chose qu’une idée grossière, que des notions grossières : N’en avoir qu’une idée imparfaite, que des notions vagues et confuses.
    • On dit, dans un sens analogue, Ne donner qu’une idée grossière de quelque chose.

Dérivés[modifier le wikicode]

Antonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier le wikicode]

Wiktionary small.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé de gros avec le suffixe -ier.

Adjectif [modifier le wikicode]

grossier masculin

  1. Grossier, commun.

Références[modifier le wikicode]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844