épais

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin spissus.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin épais
\e.pɛ\
Féminin épaisse
\e.pɛs\
épaisses
\e.pɛs\

épais \e.pɛ\

  1. Qui a une certaine mesure dans la dimension transversale.
    • La seconde édition des recherches de M. Parent est en trois volumes in-12 fort épais. (Bernard le Bouyer de Fontenelle, Parent.)
    • Les pailles, dont les couches épaisses recouvraient entièrement le sol de la cour, se doraient peu à peu d’un jaune pâle sous la lueur grandissante du crépuscule. (Jules Case, La Fille à Blanchard, 1886)
    • Le pain à mie compacte et bise, à la croûte épaisse couleur de couque, sent la farine honnête. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. Fort, solide.
    • Drap épais. Étoffe épaisse.
    • Langue épaisse(Par extension) langue pâteuse, lourde, articulant difficilement.
    • Taille épaisse — taille grosse, peu élégante.
    • Cheval épais — cheval gros, lourd, sans élégance.
  3. Nombreux, serré, touffu.
    • Des cheveux épais. Les bois épais. D’épais bataillons.
    • J’ai craint que de ces bois l’épaisse solitude
      Ne cachât un ramas de brigands révoltés. (Ducis, Lear, I, 1.)
    • Tissure épaisse(Pêche) tissure d’un filet à mailles serrées.
  4. Qui a une grande consistance, une grande densité.
    • Mais, ô malheur! le vent saute au sud-ouest et nous enveloppe d'un brouillard épais. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.39)
    • […] cette liqueur épaisse
      Mêle du sang de l’hydre avec celui de Nesse.
      — (Pierre Corneille, Médée, IV, 2.)
    • Une épaisse vapeur s’est du temple élevée. (Pierre Corneille, Oed., II, 3.)
    • Ils l’ont enveloppé d’une épaisse fumée. (Pierre Corneille, Tois. d’or, v, 2.)
    • Mais quelle épaisse nuit tout à coup m’environne ? (Jean Racine, Andr., V, 5.)
    • Climats qu’un ciel épais ne couvre que d’orages. (Voltaire, Orphel., I, 1.)
  5. (Figuré) (Littéraire) Lourd ; grossier ; lent à comprendre.
    • De ces cervelles fines, la plus fine était la petite Brulette, emmi les filles, et des plus épaisses, la plus épaisse paraissait celle de Joseph, emmi les garçons. (George Sand, Les Maitres sonneurs, Londres : George Bell & Sons (Les Classiques Français Illustrés, publiés sous la direction de Daniel O’Connor), 1908, p.4)
    • Montchevreuil était un fort honnête homme, modeste, brave, mais des plus épais. (Louis de Rouvroy, 4, 64.)
    • Les Béotiens, les plus épais de tous les Grecs, prenaient le moins de part qu’ils pouvaient aux affaires générales. (Charles-Louis de Secondat Montesquieu, Rom. 5.)
    • Et la grosse gaieté de l’épaisse opulence. (Jean-Baptiste Louis Gresset, Méch., II, 3.)
  6. (Québec) (Courant) (Familier) Imbécile. → voir épais dans le plus mince
    • « Dans un groupe, tu prends les décisions à cinq. Tu fais des gaffes à cinq, tu dis des niaiseries à cinq, quand un a l’air d’un épais, y’en a cinq qui ont l’air épais. (Voir, 30 mars 2006)
  7. (Botanique) Se dit de toutes les parties dont l’épaisseur, comparée à celles d’organes analogues, est plus grande que ne semblerait le comporter leur étendue.
  • (Exemple combinant les sens 1, 5 et 6) La neige était épaisse, et je me sentais comme elle. (François Lavallée, L'homme qui fuyait, Guy Saint-Jean éditeur, 2013, p. 236.)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Variantes dialectales[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier et pluriel
épais
\e.pɛ\

épais \e.pɛ\ masculin

  1. (Vieilli) Épaisseur.
    • Une pierre qui a deux pieds d’épais.
  2. (Québec) Imbécile.
    • « Dans un groupe, tu prends les décisions à cinq. Tu fais des gaffes à cinq, tu dis des niaiseries à cinq, quand un a l’air d’un épais, y’en a cinq qui ont l’air épais. (Voir, 30 mars 2006)
    • « Le Québec c’est un pays conquis par la force, c’est pas moi qui a inventé ça! Pis ceux qui nient ça c’est des épais! ». (L’aut’journal, 30 septembre 2007)

Quasi-synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Adverbe[modifier]

épais \e.pɛ\

  1. Avec densité, d’une manière serrée.
    • Semer trop épais.
    • Il a neigé épais.

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Paronymes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]