épée

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : epee

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(880) spede ; espee en ancien français. Du latin spatha (« épée longue »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
épée épées
\e.pe\
Quatre épées du XVIIe siècle, poignée en haut.

épée \e.pe\ féminin singulier

  1. (Armement) Arme offensive et défensive composée d’une longue lame affilée et d’une poignée et que les guerriers portaient au côté dans un fourreau.
    • […] ; à l’un des côtés de la selle pendait une courte hache […] ; à l’autre, le casque empanaché du cavalier avec un capuchon de mailles, et une de ces épées à deux mains dont se servaient les chevaliers à cette époque. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Kostaki tomba ; je vis se lever l’épée terrible, je la vis s’enfoncer dans son corps et clouer ce corps a la terre fraîchement remuée. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Sans cette anicroche, le ballon se serait déchiré, comme pourfendu par un grand coup d’épée, […]. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 88 de l’éd. de 1921)
    • Sept épées de mélancolie
      Sans morfil ô claires douleurs
      Sont dans mon cœur […]
      (Guillaume Apollinaire, La chanson du Mal aimé, in Alcools, 1913))
  2. (Absolument) L’état des gens de guerre, l’état militaire, surtout par opposition à l’état des gens de robe ou d’église.
    • C'était chaque jour visites nouvelles, gens d’épée et gens de robe, magistrats, gouverneurs, généraux ; le torrent ne s'écoulait jamais. (Amédée Achard, Les Coups d'épée de M. de la Guerche, Paris : Librairie Hachette, 1863, vol. 1, p. 126)
  3. (Figuré) Le courage, la valeur ou la force de celui qui manie les armes.
    • Il ne doit son élévation qu’à son épée. - Le droit de l’épée. - L’épée de la France.
  4. (Jeux) (Cartes à jouer) Une des quatre enseignes, ou couleurs, du jeu de cartes traditionnel espagnol.
    • Symbole de combat et de victoire sur tous les plans (spirituel, mental, émotionnel et physique), l'As d’épée représente l'union féconde du Ciel et de la Terre […]. (Patrick Coq, Interprétation du tarot de Viéville, éd. Sivilixi, 2015, p. 64)
  5. (Populaire) (Vieilli) Homme qui donne, avec talent, du plaisir à sa partenaire, lors des relations sexuelles.
    • Sa Majesté conforte la vieillarde à grandes chibrées méthodiques. Mémère est à la fiesta pour lors. […].
      Amédée visionne, tout en se sapant, d'un œil connaisseur.
      — C'est une sacrée épée, complimente-t-il ; comment qu'elle se régale, maman!
      (Frédéric Dard, San-Antonio, n° 121 : Bacchanale chez la mère Tatzi, éd. Fleuve Noir, 1985)

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Hyponymes[modifier]

Épée courte
Épée longue à une main
Épée à deux mains

Méronymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « épée [e.pe] »

Références[modifier]

Voir aussi[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’ancien français espée.

Nom commun[modifier]

épée \Prononciation ?\ (pluriel à préciser)

  1. Variante de epee.