zoophage

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Mot composé de zoo- et de -phage.

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
zoophage zoophages
\zo.o.faʒ\

zoophage \zo.o.faʒ\ masculin et féminin identiques

  1. (Zoologie) Qui vit de matières animales.
  2. (Nutrition) Qui accepte de consommer des viandes rappelant l’animal dont elles sont issues, par opposition à celui ou celle qui est sarcophage.
    • Les consommateurs du passé étaient zoophages, ils acceptaient de manger de la viande en se souvenant que derrière il y avait un animal. — (Madeleine Ferrières, interrogée par Guillaume Gendron, «Depuis le Moyen Age, tout ce qui est haché a toujours effrayé», Libération, 20 février 2013)
    • Noélie Vialles (1987) propose de distinguer deux types d’attitudes inverses à l’égard des nourritures carnées : la logique zoophage et la logique sarcophage. la première caractérise les personnes "qui aiment à reconnaître le vivant dans ce qu’ils consomment" ; la seconde caractérise l’attitude de personnes "qui ne consentent à consommer qu’une substance abstraite, où rien ne soit identifiable de l’animal". — (Jean-Vincent Pfirsch, La saveur des sociétés: Sociologie des goûts alimentaires en France et en Allemagne, Presses universitaires de Rennes, 17 juil. 2015)

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
zoophage zoophages
\zo.o.faʒ\

zoophage \zo.o.faʒ\ masculin et féminin identiques

  1. (Nutrition) Personne qui accepte de consommer des viandes rappelant l’animal dont elles sont issues, par opposition au ou à la sarcophage.
    • En effet, le dégoût pour les abats n'est ni uniforme ni général. Si leur dévalorisation est bien l'indice d'une logique de sarcophage — mangeur de substance carnée, mais non de bêtes —, qui doit oublier l'animal qui l'a produite pour ne retenir que les bons effets de cette substance sur son corps, leur valorisation doit au contraire être le fait de mangeurs d'animaux — zoophages — sans inquiétudes, qui aiment à reconnaître l'animal dans la chair, et l'organe dans l'aliment. Où trouver ces zoophages ? — (Noélie Vialles, La viande ou la bête, revue Terrain n°10, avril 1988)
    • Le "zoophage" juge donc positivement les animaux servis entiers ou aisément reconnaissables, les abats ou les parties identifiables (têtes, oreilles, pattes...), la présence visible de sang (le sang étant le symbole même du vivant), etc. — (Jean-Vincent Pfirsch, La saveur des sociétés: Sociologie des goûts alimentaires en France et en Allemagne, Presses universitaires de Rennes, 17 juil. 2015)

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions manquantes. (Ajouter)

Hyponymes[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]