écrouler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1690) Composé de é- et crouler → voir acroler en ancien français. D’abord transitif (début XIIIe siècle).

Verbe [modifier le wikicode]

écrouler \e.kʁu.le\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’écrouler)

  1. Tomber en s’affaissant.
    • Tout venait de s’écrouler en elle et autour d’elle, et rien n’avait plus le pouvoir de toucher son cœur, de le réjouir ou de l’attrister. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Une pluie glacée tombait dans les rues miroitantes. Je marchais le long des boutiques, m’appuyant au rebord des devantures pour ne point m’écrouler sur le trottoir. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • […] d’autres, comme Beauvais, s’écroulèrent et l’on dut les réédifier à nouveau ou, faute d’argent, se borner à les consolider et à boucher leurs trous. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Ils me mirent debout. Je titubais, m’accrochais à l’uniforme même de mes bourreaux, prêt à m’écrouler à tout moment. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
  2. (En particulier) Tomber en décadence.
    • Pas une goutte de sang n’avait été versée ; l’empire s’était écroulé tout seul ; personne ne se leva pour le défendre. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Faites une France très forte, et nul n’osera jamais convoiter ses colonies. Laissez la France se débiliter davantage et son empire colonial, d’une manière ou d’une autre, s’écroulera. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]