érudition

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : erudition

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(fin XV) Emprunté au latin eruditio (« instruction, connaissance, science, érudition, enseignement »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
érudition éruditions
\e.ʁy.di.sjɔ̃\

érudition \e.ʁy.di.sjɔ̃\ féminin

  1. Savoir minutieux dans un domaine restreint d'histoire littéraire, de la philologie classique, en histoire événementielle, ou dans les sciences annexes de l’histoire.
    • Vaste, solide érudition. Érudition mal digérée, sans critique, dénuée de critique. Une érudition poussiéreuse, mal contrôlée et gonflante. Ouvrages d’érudition. Travaux d’érudition. Recherches d’érudition.
    • L'érudition ne remplace pas le génie. (Schopenhauer)
    • Il ne faudrait pas croire cependant que Rarahu fût sans érudition; elle savait lire dans sa bible tahitienne, et écrire, avec une grosse écriture très ferme, les mots doux de la langue maorie; elle était même très forte sur l'orthographe conventionnelle fixée par les frères Picpus, – lesquels ont fait, en caractères latins, un vocabulaire des mots polynésiens.
      (Loti, Le mariage de Loti (Rarahu), 1882)
    • Ne valait-il pas mieux s’abstenir de toute étude que de s’embarrasser d’érudition ? (Paul Guimard, L'Âge de Pierre, 1992)
  2. (Par métonymie) L’ensemble des érudits (en un domaine donné).
    • L’érudition se laisse aller, avec le Nouveau Testament et la littérature connexe, à des exploits qu’elle dédaignerait et condamnerait (à bon droit) dans d’autres domaines. (Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, tome I, « L’hébreu du Nouveau Testament », 1987)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]