étriqué

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : étrique, êtrique

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XVIIIe siècle) Participe passé adjectivé de étriquer.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin étriqué
\et.ʁi.ke\
étriqués
\et.ʁi.ke\
Féminin étriquée
\et.ʁi.ke\
étriquées
\et.ʁi.ke\

étriqué \et.ʁi.ke\

  1. Qui n’a pas l’ampleur suffisante.
    • J'ai fait un grand pas dans l'adaptation au milieu : j'ai adopté le costume indigène. C'est avec un vrai plaisir que j'ai échangé le complet européen étriqué contre ces amples vêtements, chauds en hiver et frais en été; […]. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 103)
    • Elle portait le pagne étriqué et collant que les Égyptiennes du temps des Pharaons léguèrent à la Nubie. (Loti, Le roman d'un spahi, 1881)
    • Comme il [Alcide] avait dû en faire des économies sur sa solde étriquée... sur ses primes faméliques et sur son minuscule commerce clandestin. (Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932)
  2. (Figuré) Qui manque de grandeur, de souffle, d'invention, en parlant d’une œuvre d’art ou d’un livre. Qui manque d'inspiration, de discernement, d'ouverture d'esprit.
    • Voilà un plan bien étriqué, une scène étriquée.
    • Sec et peu développé. Un discours étriqué.
    • Il y a, de plus dans mon ouvrage [Le Génie du Christianisme] des jugements étriqués ou faux, tels que celui que je porte sur Dante, auquel j'ai rendu depuis un éclatant hommage. (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-tombe, 2, 13, 11, 1848)
  3. (Figuré) (Se rapportant à une personne) Étroit, mesquin, borné, manquant d'ouverture d'esprit, confiné dans la routine et les préjugés de son milieu.
    • Avoir, mener une vie étriquée .
    • Il ne comprendra pas vos arguments car il a l'esprit étriqué .
    • Condillac, si vanté depuis sa mort pour ses subtiles et ingénieuses analyses, ne vécut pas au cœur de son époque, et n’en représente aucunement la plénitude, le mouvement et l’ardeur […] Il mourut dans l’isolement, atteint d’une sorte de marasme causé par l’oubli. Juger la philosophie du XVIIIe siècle d’après Condillac, c’est se décider d’avance à la voir tout entière dans une psychologie pauvre et étriquée. (Charles-Augustin Sainte-Beuve, « Diderot », Portraits littéraires, tome 1, 1862)

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Forme de verbe[modifier]

Conjugaison du verbe étriquer
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
étriqué

étriqué \e.tʁi.ke\

  1. Participe passé masculin singulier d’étriquer.

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]