évanouir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin exvanire, dérivé de evanescere.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

évanouir \e.va.nwiʁ\ transitif 2e groupe (conjugaison) (pronominal : s’évanouir)

  1. Détruire, dissiper.
    • Voilà donc de quoi dépendent les destins des hommes ! Mais, ajouta-t-il, un bonheur si étrange sera peut-être bientôt évanoui. (Voltaire, Zadig ou la Destinée, VI. Le ministre, 1748)
    • Le spectacle de la mort de Virginia, immolée par son père à la pudeur et à la liberté, fit évanouir la puissance des décemvirs. (Montesquieu)
  2. (Pronominal) Tomber en faiblesse, perdre connaissance.
    • Cette femme s’évanouit en apprenant la mort de son mari.
  3. (Pronominal) Disparaître sans laisser de traces, en parlant des choses et, plus rarement, des personnes.
    • Mais le moment était arrivé où la terre et tous ses trésors allaient s’évanouir devant ses yeux, […], alors que ses regards plongeaient sur le sombre abîme de la vie future. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Elle s’était évanouie comme un silphe sans laisser de traces de sa fuite.  (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858, p. 341)
    • Ces légers événements s’évanouissent comme des scènes de comédie sur lesquelles le rideau tombe.  (Henri Barbusse, L’Enfer, ch. III, Éditions Albin Michel, Paris, 1908 ; éd. G. Crès, Paris, 1925, p. 23)
    • De Gaulle que tant de tempêtes avaient assailli sans jamais l’ébranler, s’évanouit et disparut à la première égratignure que lui fit un parlement-croupion. (François Mitterrand, Le coup d’État permanent, 1965)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]


Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

  •  : écouter « évanouir »