faiblesse

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De faible et du suffixe -esse.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
faiblesse faiblesses
\fɛ.blɛs\

faiblesse \fɛ.blɛs\ féminin

  1. État de ce qui est faible.
    • Je ressens comme une petite faiblesse.
  2. Manque de force ou de vigueur.
    • […]; mais il est à remarquer qu’invariablement, tous les chevaux destinés aux allures rapides sont ferrés à pince tronquée, en prévision du cas où, à cause de leur faiblesse ou vices de construction, ils battraient le Briquet. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Il n’a plus de fièvre, mais il lui est resté une grande faiblesse.
    • Faiblesse de jambes, de vue, de voix, de reins, du pouls. — J’ai pitié de sa faiblesse.
  3. (Par extension) Manque d'intelligence.
    • Faiblesse du jugement, de mémoire, de conception.
    • La faiblesse de notre intelligence, de nos facultés.
  4. Défaillance ; évanouissement ; syncope.
    • Pour couronner le tout, mon avocat se laisse aller sur son banc, tombe en faiblesse, et ne revient de son évanouissement qu'après avoir bu un verre de vinaigre des quatre-voleurs. — (L.-H., Physiologie de l'avocat, dans Le musée pour rire, t.1, Paris, Aubert, 1839)
  5. Manque de puissance ou de ressources.
    • De toute manière, attendre trop de l'immigration, pour remédier à notre faiblesse démographique, serait nous exposer à des déceptions. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Dés son commencement la S.D.N. a deux grandes faiblesses : elle fait un peu figure de syndicat de surveillance de l’Allemagne, et ni les États-Unis, revenus à l’isolationnisme, ni l'Union soviétique, « puissance dangereuse », n'en font partie. — (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire, Fayard, 1972, page 14)
  6. (Figuré) Manque de talent.
    • Cet orateur a été d’une grande faiblesse dans la dernière discussion. On l’applique également, dans ce sens, aux productions de l’art ou de l’esprit.
    • Tous ces tableaux sont d’une extrême faiblesse.
    • Ce passage est d’une faiblesse qui étonne chez un si grand écrivain.
    • Faiblesse d’exécution. — Faiblesse de style.
  7. (Figuré) Manque de force morale qui dispose à trop d’indulgence, ou qui rend facile à troubler, à émouvoir.
    • Sa générosité n'est pas faiblesse ; son obligeance ne dépasse pas les obligations normales et naturelles ; aucune arrière-pensée en son comportement. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Pourtant je tiens jalousement à l'avertissement lancé par Homère aux Grecs dans L'Iliade et par Tyrtée dans les Élégies: « C'est une faiblesse déraisonnable que de se décharger sur la divinité de la responsabilité d'une morale et d'un ordre public » — Dieu, Allah ou quel qu'il soit. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Il a montré dans cette occasion beaucoup de faiblesse.
    • Ils traitent son indulgence de faiblesse.
    • Allons, point de faiblesse.
    • Il a la faiblesse de croire tout ce qu’on lui dit.
    • Il eut la faiblesse de n’oser répondre.
    • Surmonter sa faiblesse. On dit dans le même sens
    • Faiblesse de caractère.
    • Faiblesse d’âme.
    • Faiblesse d’esprit.
    • Faiblesse de cœur.
    • Avoir de la faiblesse pour quelqu’un, Ne pas pouvoir, ne pas savoir lui résister.
    • Ce maître a beaucoup trop de faiblesse pour ses élèves.
    • Il faut excuser la faiblesse d’une mère pour ses enfants.
  8. (Quelquefois) Défaut de raison, d’empire sur soi-même, et des fautes qui en sont la suite.
    • Il s'agit de se tenir à l'affut des affaires, de les suivre de près, de constituer des dossiers sur chacun des as de la finance tripatouillarde, d'étudier leurs faiblesses et même leurs vices. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 183-184)
    • Certes Don Juan est un tricheur, et même il ne vit que de cela ([…]). Mais une tricherie constante est moins dangereuse que les faiblesses subites d'un honnête homme. — (Denis de Rougemont, Comme toi-même : Essais sur les Mythes de l'Amour, Albin Michel, 1961, p.105)
    • Raïssouli est évidemment un profond psychologue qui connaît nos petites faiblesses et sait comment il faut nous prendre. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 240)
  9. (En particulier) Le fait de succomber à la séduction, en parlant d’une femme.
    • Cette première faiblesse la perdit de réputation.
    • Elle sut faire oublier ses faiblesses.
  10. Manque de grosseur, d’épaisseur, de force, de solidité de certaines choses.
    • La faiblesse d’une poutre, d’un pilier, d’un support.
  11. (Figuré) Le fait pour une chose d'être peu considérable en son genre, tant au sens physique qu’au sens moral.
    • Malgré la faiblesse du nombre, ils voulurent combattre.
    • La faiblesse de ses ressources, de son revenu.
    • La faiblesse de cette résistance étonna l’ennemi.
    • La faiblesse de nos connaissances.
    • La faiblesse d’un raisonnement, d’un argument, d’une preuve.
    • La faiblesse de son zèle, de son amitié.

Antonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]