parler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du bas latin ecclésiastique parabolare, (« raconter des histoires »).

Verbe[modifier]

parler \paʁ.le\ transitif indirect ou intransitif ou pronominal 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se parler)

  1. Proférer, prononcer, articuler des mots.
    • Tout en procédant à sa toilette, elle parle toute seule, bavarde, gaie, animée, à cause qu’on est encore au printemps de la journée. (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Les deux travailleurs essuyèrent leurs visages trempés, […], puis se parlèrent et se comportèrent comme des hommes qui se congratulent d’une matinée bien employée. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 357 de l’éd. de 1921)
    • Vous parlez si bas que je ne vous entends pas. Il ne faut pas parler haut dans la chambre d’un malade.
    • Parler du nez, de la gorge. Parler à l’oreille de quelqu’un. Parler avec peine. Il parle toujours entre ses dents.
  2. (Par analogie) Imiter le langage de l’homme, en parlant de certains oiseaux comme les perroquets, les sansonnets, les geais, les pies, etc.
    • Apprendre à parler à un perroquet.
  3. Exprimer sa pensée en articulant les mots d’une langue.
    • La population de Saint-David m’intéressait fort par ses mœurs simples et naïves et parlait un curieux patois anglais plein d’expressions maritimes. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Parler correctement. Parler inconsidérément. Je n’en parle que par ouï-dire. Il n’en parle que par envie.
    • Je n’ai jamais entendu parler de cette affaire. Toute la ville en parle.
  4. S’exprimer heureusement sur certains sujets.
    • Comme tous ceux qui écrivent beaucoup, Balzac parlait peu... Mais, dès qu’il parlait, le charme opérait. Il y avait, dans sa parole, une telle autorité, une telle séduction, qu’on oubliait très vite ses disgrâces physiques. (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
  5. Adresser la parole, avoir un entretien, converser.
    • Parler avec quelqu’un. Parler à quelqu’un. Moi qui vous parle. C’est à vous que je parle.
  6. S’entretenir de.
    • De quoi parlez-vous tous les deux ? Nous parlons de vos affaires. Nous en parlerons tantôt ensemble.
    • Je vous parlerai de quelque chose qui vous regarde. Parlez de moi au ministre. Je les ai laissés qui parlaient d’affaires.
  7. (Absolument) Révéler, dévoiler quelque chose.
    • […] il me touchait presque et hurlait: « Tu vas parler ! Tout le monde doit parler ici ! On a fait la guerre en Indochine, ça nous a servi pour vous connaître. Ici, c’est la Gestapo ! Tu connais la Gestapo ? » (Henri Alleg, La Question, 1957)
  8. Expliquer ses sentiments, sa pensée, déclarer son intention, sa volonté.
    • C’est un homme qui ne veut pas parler nettement. On a fait ce qu’on a pu pour le faire parler, mais il n’y a pas eu moyen d’en venir à bout.
    • Je saurai bien le faire parler. Expliquez-vous mieux, ce n’est pas là parler. Parler au nom de quelqu’un.
  9. Intervenir, prendre la parole pour ou contre quelqu’un ou quelque chose.
    • Ce député a parlé contre le projet de loi.
  10. Prononcer un discours, prendre la parole en public.
    • L’art de parler. Parler à son tour. Quand ce fut à lui de parler…. Parler sans préparation, sans être préparé.
  11. (Figuré) Manifester ses sentiments, ses pensées par un autre moyen que celui de la parole.
    • Les muets parlent par signes. Il me parlait des yeux et du geste. Chaque mouvement de cet habile pantomime parlait aux yeux des spectateurs.
  12. Provoquer des émotions, des sentiments en parlant des choses qui ont ou qui semblent avoir une sorte de langage.
    • La peinture parle aux yeux. Ses yeux parlent. Son visage parle.
    • La nature, le sang a parlé, quand il a revu son fils malheureux. En votre absence, tout ici nous parlait de vous.
  13. Expliquer sa pensée par écrit.
    • Cette terrible histoire des Vaudois, dois-je en parler ou m'en taire ? En parler ? Elle est trop cruelle ; personne ne la racontera sans que la plume n'hésite, et que l'encre, en écrivant, ne blanchisse de larmes. (Jules Michelet, Le prêtre, la femme, la famille, Paris : Chamerot, 1862 (8e éd.), p.23)
    • La loi est formelle là-dessus et parle très clairement. Le contrat ne parle point de cette clause.
  14. Démontrer ou confirmer ses qualités.
    • Pas de surprise lors du dernier tiercé : le favori l’a emporté de dix longueurs, sa classe a parlé.
    • Lors du championnat du monde des mi-lourds à mi-combat le champion en titre mène largement aux points, c’est le métier qui parle.
  15. (Transitif) Se servir d’un langage.
    • Parler une langue. Parler français, italien, allemand, etc. La langue française se parle, est parlée dans tous les pays du monde.
    • Il parle plusieurs langues. Le langage que parlaient nos pères.
    • Ce poète dramatique, ce romancier fait parler à chacun son langage.
  16. (Transitif) S’entretenir de quelque chose, en raisonner, en discourir.

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Troponymes[modifier]

Expressions[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
parler parlers
\paʁ.le\

parler \paʁ.le\ masculin

  1. Forme de langage particulière à une catégorie sociale, une profession, une région
    • Les Bretons, ces émigrants celtiques venus de Grande-Bretagne au Ve siècle de notre ère, avaient ramené en Armorique une langue très analogue à ce parler gaulois que d'ailleurs employait encore à cette époque, la population d'Auvergne. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Il n’est possible de caractériser avec précision les parlers du Bas-Maine qu’en les comparant aux parlers voisins. (Georges Dottin, Glossaire des parlers du Bas-Maine, 1978)
    • Le succès de ce type de langage en marge du français académique chez les adultes, entraîne au niveau de la jeunesse déscolarisée des années 1980, la création d'un parler similaire : le nouchi. (Germain-Arsène Kadi, Le champ littéraire africain depuis 1960: Romans, écrivains et sociétés ivoiriens, L'Harmattan, 2010, p.143)
    • Quant aux mots arabes entrés dans le français de France, ils ont transité par un parler désormais éteint du fait du départ des Français, le pataouète, parler des quartiers populaires d'Alger. (Françoise Gadet & ‎Ludwig Ralph, Le français au contact d'autres langues, Éditions Ophrys, 2014, p.87)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Paronymes[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du bas latin, voir ci-dessus

Verbe[modifier]

parler \Prononciation ?\

  1. Parler (sens général).

Anglo-normand[modifier]

Étymologie[modifier]

Du bas latin, voir ci-dessus.

Verbe[modifier]

parler \Prononciation ?\

  1. Parler (sens général).