marmotter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Vers 1480) Comme dans marmonner, marm évoque le murmure confus.

Verbe [modifier le wikicode]

marmotter \maʁ.mɔ.te\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Marmonner, parler seul ou confusément.
    • Or, c’était fête à la synagogue, ténébreusement étoilée de lampes d’argent, et les rabbins, en robes et en lunettes, baisaient leurs talmuds, marmottant, nasillonnant, crachant ou se mouchant, les uns assis, les autres non. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Le capitaine Gaumard entre à pas comptés, feutrés et referme derrière lui la porte doucement. Il marmotte et puis suffoque. C'est de plaisir. Des larmes de qui se gorge-t-il ? On dirait qu'il rit. Il exulte. C’est qu'il rapporte chaque soir à sa femme, comme son gibier, la nouvelle du malheur de quelqu'un de plus audacieux ou de moins cagot que lui. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 162.)
  2. (Transitif) Dire confusément et entre ses dents.
    • […] car, après avoir marmotté quelques mots relativement aux provisions laissées par le cheval du garde, il tira de l’enfoncement de la muraille une botte de fourrage qu’il étala devant le coursier de son hôte […] — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La salle qui sert de foyer est ornée d’une madone peinte devant laquelle brûlent quelques bougies ; au-dessous, on voit une table avec un petit réchaud contenant des charbons allumés. En entrant, chaque torero ôte d’abord son chapeau à l’image, marmotte à la hâte un bout de prière, puis tire un cigare de sa poche, l’allume au réchaud, et fume en causant avec ses camarades et les amateurs qui viennent discuter avec eux le mérite des taureaux qu’ils vont combattre. — (Prosper Mérimée, Lettres d’Espagne, 1832, rééd. Éditions Complexe, 1989, page 36)
    • […] à travers les persiennes fermées, je regardais des pauvresses s’accroupir sur la pelouse, un cierge à la main, et marmotter des oraisons […] — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • En réponse Pliouchkine marmotta, je ne dirai pas entre les dents, car il n’en avait plus, mais entre les lèvres, quelques sons inintelligibles qui sans doute voulaient dire: « Que le diable t’emporte, toi et ton respect ! ». — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)

Dérivés[modifier le wikicode]

Synonymes[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]