Discussion:kéké

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Origine du mot "kéké"[modifier le wikicode]

Bonjour, Tout le monde ou presque connait l'expression "faire le kéké". Mais qu'elle peut être l'origine du mot "kéké" ? Merci. Anne

C'est peut être lié à l'étymologie de cacou. Stéphane8888 (discuter) 10 août 2007 à 11:20 (UTC)
Le mot kéké, avec des orthographes variables (jusqu'à "Quèquet"), était, il y a encore quelques décennies fort employé dans les département des Ardennes ou de l'Aisne, avec un sens assez péjoratif. J'ai souvent employé le mot, mais il m'est difficile de lui donner une définition exacte (comme avec le mot "con" d'ailleurs). Cela semble encore exister, il en est encore fait mention dans le clip du rappeur rural Kamini. Il y a peu de chance que cela vienne de cacou ou kakou, qui semble venir du sud de la France. Peut-être il y a -t'il une convergence, ou peut-être dans les tréfonds de notre langue existe-t'il une étymologie commune. Allez savoir. François GOGLINS
Voilà une ébauche : kéké, avec une seule acception (celle que je connais). Régis Lachaume (causer, causer sur WP) 10 août 2007 à 23:35 (UTC)
quèquet ou quéquet en lorrain : il n'etait pas omniscient mais mon pere me disait que cela vient d'une racine celte pour « bâton » d'où « quéquette ». Cela me semple probable - voir l'usage de « trique » et « gourdin » dans un sens identique. --Diligent 15 août 2007 à 09:43 (UTC)
Quequet semble être un patronyme, ce qui peut indiquer une origine lointaine, qui pousserait à rejeter une dérivation récente de l'occitan cacou.François GOGLINS 15 août 2007 à 20:58 (UTC)


Peut-être à rapprocher du terme d’origine occitanne cacou (variantes cagou, quèque, cake) de même sens, à l’origine « chef des voleurs » puis, par glissement de sens, « voyou » puis « frimeur ». (Familier) (Péjoratif) Individu qui cherche à impressionner par son comportement. Arrêtez de faire les kékés, je n’aime pas ceux qui se la pètent au lieu d’agir. [Faire] un audit sur la sécurité nucléaire [c’est] plus urgent pour un ministre que de faire le kéké sur twitter non ? — (Le Parisien [archive], 5 décembre 2011) Note


Dans le Nord-Est rural de la France dans les années 70, où l'octroi d'un surnom était aussi monnaie courante, le mot "quéqué" était utilisé comme diminutif du patronyme "Marquelet" (famille de chasseurs traditionnelle plutôt rustre).

Pour moi, qui suis de la région parisienne, aucun doute possible : faire le kéké est une déformation de faire le mickey, c'est-à-dire frimer de manière grotesque...