accroire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du verbe latin accredere (« en croire quelqu’un », « ajouter foi à »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
accroire accroires
\a.kʁwaʁ\

accroire \a.kʁwaʁ\ masculin

  1. Fausseté, chose que l’on veut faire croire qui n’est pas vraie.

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Verbe [modifier le wikicode]

accroire \a.kʁwaʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire accroire quelque chose (à quelqu’un) : faire croire ce qui n’est pas vrai.
    • C’étaient les satellites du jeune Orcan, neveu d’un ministre, à qui les courtisans de son oncle avaient fait accroire que tout lui était permis. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, I. Le borgne, 1748)
    • […], j’avais choisi mon gendre quand, en lui faisant accroire que je n’avais pas de fortune, il m’a sauté au cou en me disant que je lui ôtais un poids […]. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • À mon âme! Tu me feras accroire cela; tu t’en moques pas mal! — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
  2. Laisser accroire quelque chose (à quelqu’un) : suggérer quelque chose qui n’est pas vrai, insinuer.
    • Elle laisse accroire qu’elle n’est pas affectée, mais il n’en est rien.
  3. En faire accroire à quelqu’un : essayer de tromper quelqu’un par des mensonges.
    • Vous voudriez nous en faire accroire.
    • Ce n’est pas un homme à qui l’on puisse en faire accroire.
  4. S’en faire accroire, s’en laisser accroire : présumer trop de soi-même, tirer vanité d’un mérite qu’on n’a pas.
    • Depuis qu’il a cette place, il est plein de lui-même, il s’en fait accroire.
    • Il a quelque mérite, mais il s’en fait accroire.
  5. (Désuet) Croire.
    • Une fois de plus, on pourrait accroire que le fils d’Enguerran avait changé, qu’il était devenu un nouvel homme, méconnaissable. — (Romain Sardou, Pardonnez nos offenses, p. 297)

Note d’usage : Ce verbe relève du registre littéraire sauf au Canada où il s’emploie couramment. Il ne se rencontre qu’à l’infinitif.

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]