cedant arma togae

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

L’expression cedant arma togae est une locution latine, littéralement traduite par : « que les armes cèdent à la toge » (car elle exprime un souhait : la forme cedant est un subjonctif présent), ou traditionnellement rendue par l’expression : « l’épée le cède à la toge[1] » (Cette traduction traditionnelle exprime une affirmation, une maxime).

C’est le premier hémistiche d'un vers de Ciceron pour son propre hommage, en souvenir de son consulat. Cette sentence s’emploie pour signifier la supériorité du pouvoir civil sur le pouvoir militaire, le gouvernement militaire, représenté par les armes, cédant le pas au gouvernement civil, qui arbore la toge.

Le vers complet est : Cedant arma togae, concedat laurea linguae[2] [3] que l’on pourrait traduire par : « Que les armes cèdent à la toge, les lauriers à l’éloquence »

Locution-phrase [modifier le wikicode]

Invariable
cedant arma togae
\se.dɑ̃t aʁ.ma tɔ.ʒe\

cedant arma togae \se.dɑ̃t aʁ.ma tɔ.ʒe\

  1. Que les armes le cèdent à la toge.
    • — Ma chère, dit la marquise, mêlez-vous de vos colibris, de vos épagneuls et de vos chiffons, et laissez votre futur époux faire son état. Aujourd’hui les armes se reposent et la robe est en crédit ; il y a là-dessus un mot latin d’une grande profondeur.
      Cedant arma togœ, dit en s’inclinant Villefort.
      — Je n’osais point parler latin, répondit la marquise. — (Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo (1844), tome 1, Édition C. Lévy, 1889, page 74) Note : La citation comportant un passage en italique, elle a été laissée en romain. Note : Par ce « mot latin » la marquise décrit la situation de la France sous la Première Restauration (1814-1815).

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • La prononciation traditionnelle du latin en France était \se.dɑ̃t aʁ.ma tɔ.ʒe\ pour cette expression que l’on écrivait plus volontiers cedant arma togæ, avec un « æ » souvent confondu avec « œ » (togæ mal distingué de togœ). Cette prononciation s’est conservée en français dans nombre d’emprunts au latin.

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Tout ou partie de cet article est extrait de cedant arma togae sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg (version [1]), mais l’article a pu être modifié depuis.
  1. Cicéron, De officiis (Des devoirs), I, 22.
  2. Source : Tome 20, page 249, Œuvres complètes de Cicéron - Paris : Garnier frères, 1866-1874. - 20 vol. ; in-18. Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-18949 (20).
  3. D’autres sources indiquent : Cedant arma togae, concedat laurea laudi.

Latin[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Cf. cedant (subjonctif de cedo), arma et togae (datif de toga).

Locution-phrase [modifier le wikicode]

cedant arma togae (cēdant arma togae) \ˈkeː.dant ˈaɾ.ma ˈto.ɡae̯\

  1. Que les armes le cèdent à la toge.

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • « cedo », dans Félix GaffiotDictionnaire latin français, Hachette, 1934 → consulter cet ouvrage : cf. page 282, entrée « 1. cēdo », colonnne 2 : « cedant arma togæ [...] que les armes le cèdent à la toge »