culturer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dénominal de culture.

Verbe [modifier le wikicode]

culturer \kyl.ty.ʁe\ transitif, intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se culturer)

  1. (Martinique) (Agriculture) Cultiver.
    • L'homme arrosait selon un rituel quotidien, en donnant à chaque variété de plante, la dose qu'elle méritait. Parfois, le soir, il arrosait dru, quand tout au long du jour, la chaleur avait épuisé les pousses. Il culturait bien, mais sentait qu'il pouvait plus. — (Christian Paviot, La demoiselle des mornes, L'Harmattan, 2002, page 78)
  2. Donner une culture ; acculturer.
    • Ils nous disent encore avec cette grosse naïveté qui ressemble à s'y méprendre à de la grosse bêtise : « Laissez-vous donc faire, nous allons vous civiliser, ou plutôt vous culturer (car ils mettent entre ces deux termes une différence que je tâcherai de comprendre un jour que j'aurai le temps). — (« Déclaration de M. Lavisse, de l'Académie française », dans le colloque « Pour la civilisation latine  », à l'initiative de L'Union des Groupements latins, au grand amphithéâtre de la Sorbonne, les 12 & 13 février 1915, publié dans L'Instantané, supplément illustré de La Revue hebdomadaire, éd. Nourrit et Cie, n° 8 (11e année/nouvelle série), du 20 février 1915, p. 267)
  3. (Pronominal) (Didactique) (Sociologie) Acquérir une culture.
    • Rousseau n'est pas très loin ici de l'idée, exposée notamment par Arnold Gehlen, d'un homme « ouvert au monde », non déterminé, libre de se « dénaturer », c'est- à-dire de se culturer à sa guise. — (Alain de Benoist, « Relire Rousseau ? », 1988, dans La ligne de mire : Discours aux citoyens européens, tome 2 : 1988-1995, Arpajon : Éditions du Labyrinthe, 1996, p. 15)
    • Le verbe anglais « culturate » n'a pas d'équivalent en français. Le choix entre « se cultiver » et « s'acculturer » ne convenant pas, nous nous permettons ici le néologisme « se culturer ». — (Joëlle Zask, « La culture comme création », dans Ethnocentrisme et création, sous la direction de Annie Dupuis , avec la collaboration de Jacques Ivanoff, Éditions de la MSH, 2014, note n° 4 de la page 135)
  4. (Pronominal) (Familier) (Ironique) Se cultiver.
    • […] ; en contrepartie j'ai du subir mille vexations.
      […], à la fac ensuite, quand des révolutionnaires de mes deux ont voulu à coups de pavés m'empêcher de me culturer ; au bureau, où il est de plus en plus difficile de gagner sa brique par jour, […].
      — (Jean Dutourd, « C'est pas drôle tous les jours », dans le Club Des Ronchons : L'Horreur du bonheur, Lausanne : Éditions L’Age d’Homme, 1990, p. 23)
    • Cette année, le musée des Beaux-Arts de Lyon lui avait transmis des retranscriptions de sa collection, pour que « les Bidochon se culturent ». — (Sonia Barge, Une 8e édition du Lyon BD festival pour « que les Bidochon se culturent », le 17/06/2013, sur le site de Rue89-Lyon (www.rue89lyon.fr))
    • — Je ne vois pas de quoi tu parles, pétasse. Je suis juste venue me culturer et passer un bon moment. — (Lauren Beukes, Les monstres, traduit de l'anglais (Afrique du Sud) par Laurent Philibert-Caillat, Paris : Presses de la Cité, 2015)
    • Mon cher directeur, étant interne durant mes études, différentes possibilités nous étaient offertes pour nous distraire ou nous culturer : équitation, escrime, sports de combats, théâtre, danses classique et moderne (non exclusivement réservées aux filles) et... langues étrangères. — (Antoine Dominique Perini, Missiah: Roman autofictionnel, Éditions Edilivre, 2018, page 42)

Notes[modifier le wikicode]

  • Edmond Huguet, dans Mots disparus ou vieillis depuis le XVIe siècle, Genève : Librairie Droz, 1935, rééd. 1967, p. 176, le donne comme disparu.
  • L'on lira avec intérêt la note « Dire, ne pas dire : Culturé pour Cultivé », du 2 mars 2018, de l'Académie française, qui, devant la prolifération de l'usage du mot, se fait un devoir de rappeler l'usage orthodoxe.

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Moyen français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dénominal de culture.

Verbe [modifier le wikicode]

culturer \kyl.ty.ʁe\ transitif

  1. (Agriculture) Mettre en culture ; cultiver.
    • […], lesquelz il enuoyoit du pays Vmbrie vers les Sabins pour labourer et culturer les champs par tous les ans. — (« Sensuyt le dixiesme livre de Svetone, de la vie de Flauius Vaspasian empereur », dans Suetone tranquille, des faictz et gestes des douze Cæsars, nouvellement imprime à Paris, Paris: chez Arnoul Langelier, 1540, folio 248.)
    • Le tiers commendement sera, que le lieu que nous voulons culturer soit assis en region & soubz ciel sain & salubre. Car seroit vne grand'folie, le lieu ou il fault demeurer & pour le plaisir & le viure, estre subiect à petites fiebures & autres maladies […]. — (Quatre traictez utiles et délectables de l'agriculture, Paris : chez Gilles Corrozet, 1560, page 3)
    • Ces Phociens constrainčtz par l'infertilité,& sterilité de leur terre, auoyent esté plus studieux à courir la mer, qu'à labourer,& culturer la terre: […]. — (Jean Poldo d'Albenas, Discours historial de l'antique et illustre cité de Nismes, en la Gaule narbonnoise,, Lyon : chez Guillaume Roville, 1560, p. 205)