effet Mandela

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Calque de l’anglais Mandela Effect, développé par l’auteure et activiste du paranormal Fiona Broome, dans son ouvrage « Real, Lies, or Memorex ? », paru en 2009. L’argument développé est qu’il aurait existé, dans les années 2000 à 2005 aux États-Unis tout au moins, la croyance collective que Nelson Mandela serait mort en prison dans les années 1980, alors qu’il reçut le prix Nobel de la paix en 1993, qu’il fut président de l’Afrique du Sud de 1994 à 1999 & qu’il a vécu jusqu’en 2013.

Locution nominale [modifier le wikicode]

Invariable
effet Mandela
\e.fɛ man.dɛ.la\

effet Mandela masculin

  1. (Psychologie) Fausse croyance ou faux souvenir partagé par un certain nombre de personnes à travers le monde.
    • Le seul problème c’est que cette scène n’a jamais été diffusée, ni même filmée. Ça n’empêche pas certains de mes concitoyens d’être persuadés de l’avoir vue. En réalité, c’est leur imagination qui a créé cette scène, et le souvenir qui en découle.
      C’est ce qu’on appelle l’effet Mandela : le fait qu'un grand nombre de personnes ait un souvenir erroné d’un événement.
      — (Meik Wiking, L’art de se créer de beaux souvenirs, traduit de l’anglais par Emmanuel Plisson, First éditions, Paris, 2019)
    • Avez-vous déjà entendu parler de l’effet Mandela ? On voit fleurir sur la toile des sites, majoritairement anglophones, dédiés à cet étrange phénomène. Certains évoquent un faux souvenir collectif, d’autres parlent d’un bug de la matrice. Quoiqu’il en soit, le buzz grandit, même si ce phénomène est méconnu en France. Ceux qui adhèrent à ce concept sont convaincus que la réalité est différente des souvenirs que nous avons, ou que notre mémoire navigue entre diverses réalités. — (Anselme Carine, « L’effet Mandela », le 28/09/2018, sur le site de l’INREES : Ouvrez votre esprit inexploré, (www.inrees.com))

Notes[modifier le wikicode]

Il existe, en particulier dans la littérature politique, historique ou géopolitique, un tout autre usage, plus ancien et bien plus fréquent, de cette locution : Elle désigne alors l’effet qu'a produit le militantisme et la politique de Nelson Mandela sur la pensée politique dans le monde et particulièrement en Afrique.
  • Pollsmoor, finalement, est une prison ordinaire dans l'univers extraordinaire de l'Afrique du Sud et sans doute est-ce avant tout pour cela, parce que Robben, le bagne, avait décidément trop mauvaise réputation, parce que l’effet Mandela y prenait des allures de mythe, que Pieter Botha a décidé le transfert de son prisonnier illustre, […]. — (François Soudan, Mandela l'indomptable, Groupe Jeune Afrique, 1987, page 164)
  • Mais il y a un autre événement qui explique la concomitance des mouvements actuels, c'est l'« effet Mandela ». On a vu apparaître brusquement un homme, un Africain, qui est devenu un mythe : il incarne la dignité et la rectitude, il a de la prestance et tient un discours qui tranche évidemment avec ceux des Bongo (Gabon), des Eyadema (Togo) ou des Mobutu (Zaïre). — (Jean-François Bayart, interrogé dans le Nouvel Observateur, n° 1313 à 1325, 1990, page 42)
  • Le second effet, c'est l’effet Mandela, qui disqualifie les régimes répressifs. C'est en effet le régime d'apartheid qui libère le chef de l'opposition et négocie avec lui ! Par ailleurs, il est plus valorisant pour un Africain de s’identifier à un grand monsieur comme N. Mandela qu'à des présidents comme Bongo ou Eyadema. — (La Quinzaine littéraire, n° 546 à 568, 1990, page 7)
  • Je crois que Mandela s'est adapté assez rapidement. Dès qu'il a été nommé, la magie de l’effet Mandela a commencé à se produire. Je suis passé au Burundi quelques jours après sa nomination et après qu'il ait tenu son premier discours à Arusha, lorsqu'il s'est présenté aux négociateurs. C'était évident que l'atmosphère avait complètement changé. — (Aldo Ajello: cavalier de la paix ‎: quelle politique européenne commune pour l'Afrique ? , propos recueillis par Pierre-Olivier Richard, Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité, Bruxelles & Paris : Éd. Complexe, 2000, page 83)

Abréviations[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]