croyance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l'ancien français creant, venant du latin credens (« croyant »), du verbe credere (« croire »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
croyance croyances
\kʁwa.jɑ̃s\

croyance \kʁwa.jɑ̃s\ féminin

  1. Fait de croire.
    • C’est donc à l’acheteur […] à ne pas s’endormir sur la croyance d’une ophtalmie extérieure ou motivée par un semblant de lésion, car dans ce temps pourrait se dissiper la vraie fluxion, […]. (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Un des aspects courants de la sottise humaine est cette croyance, que l'on découvre chez tant d'honnêtes imprévoyants, que tout durera, à peu de chose près, comme nous voyons les institutions et les choses aujourd'hui. (Louis Thomas, Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941, p.123)
    • Au Québec, depuis les années cinquante, la croyance en la réincarnation est passée d'un petit 5 % à plus de 30 %. C'est un véritable phénomène de société. (Pierre Cloutier, À la recherche de l'âme, dans Le Québec Sceptique, n° 35, page 38, automne 1995)
  2. (Plus ordinairement) (Religion) Ce qu’on croit dans une religion.
    • Le livre de M. Charles Baudelaire intitulé Les Fleurs du Mal est un défi jeté aux lois qui protègent la religion et la morale. […].A côté de ces pièces et de quelques autres où l’immortalité de l’âme les plus chères croyances du christianisme sont mises à néant, il en est d’autres qui sont l’expression de la lubricité la plus révoltante: […]. (Rapport de la Direction Générale de la Sûreté publique du 7 juillet 1857, au Ministre de l’Intérieur)
    • Non, je n’ai plus d’illusions ; mais j’ai mieux : j’ai des croyances et une religion. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Au point de vue religieux les Berbères sont des musulmans de surface, dont le vernis islamique ne recouvre que très imparfaitement leurs croyances primitives. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 43)
    • Oui, l’agonisant est plutôt esprit que matière ; voilà pourquoi, à l’heure suprême, les hommes les plus athées sont revenus aux croyances éternelles et aux vérités de révélation. (Hubert Lauvergne, Les Forçats, J.-B. Baillière, 1841, édition Jérôme Millon, 1991, p.60)
  3. (Par extension) Certaines opinions qui, sans être religieuses, ont le caractère d’une conviction intime.
    • Mais la géniale synthèse de Maxwell, si elle a changé idée que l'on se faisait de la nature des ondes lumineuses, a laissé intacte la croyance, commune dès lors à tous les physiciens, que la lumière est formée d'ondes où l'énergie est répartie de façon continue. (Louis de Broglie; La Physique quantique restera-t-elle indéterministe ? Séance de l'Académie des Sciences, du 25 avril 1953)
    • En tant que sceptiques, nous avons observé qu’en général les gens tiennent à leurs croyances pour des raisons liées à certains besoins émotionnels. (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]