femme de petite vertu

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

C'est dans le courant du XVIIe siècle que le mot vertu acquiert sa connotation morale, mais on parlait à cette époque de femme de moyenne vertu pour désigner les femmes dont les comportements sexuels contrevenaient à la morale de l'époque. C'est vers 1660 qu'apparaît la locution de petite vertu pour en renforcer la valeur péjorative. — → voir femme, petit et vertu.

Locution nominale [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
femme de petite vertu femmes de petite vertu
\fam də.tit vɛʁ.ty\

femme de petite vertu \Prononciation ?\ féminin

  1. (Par euphémisme) (Vieilli) Femme de mœurs légères.
    • C'est contre elles et l'air de galanterie que Mme de Chartres prévient sa fille, car cette cour est surpeuplée de femmes de petite vertu, toujours prêtes à se donner, comme des odalisques de sérail, même si elles ne sont plus favorites: […]. — (Constant Venesoen, Études sur la littérature féminine au XVIIe siècle : Mademoiselle de Gournay, Mademoiselle de Scudéry, Madame de Villedieu, Madame de Lafayette, Summa Publications, Birmingham, Alabama, 1990, p. 105)
    • Par conséquent, elles ne sont pas respectées et sont plutôt considérées comme des femmes de petite vertu: aucun homme qui se respecte n'épouserait une actrice. — (La voix des femmes et le théâtre africain: études des cas du Kenya, du Mali, de la République Démocratique du Congo et du Zimbabwe, Éditions Article 19, 2003, p. 5)
    • Les robes vertes enfin sont celles des grisettes, Caroline Crochard installée par M. de Granville, Ida Gruget (Ferragus), Suzanne (La Vieille Fille) qui porte une robe de reps vert et un délicieux chapeau vert doublé rose. Ce sont celles aussi des femmes de petite vertu comme Julie d'Aiglemont ou Mlle de Verneuil. — (Jeanne Reboul, « Balzac et la « Vestignomonie » », dans la Revue d'histoire littéraire de la France, n° 2, dirigée par Maurice Tourneux, éd. Armand Colin, 1950, p. 221)
  2. (Par euphémisme) (Vieilli) Prostituée.
    • — Vous avez dit aux policiers que vous fréquentiez des femmes de petite vertu à Strasbourg-Saint-Denis, fait observer la juge en forçant la voix.
      — Moi ? J'ai 84 ans. C'est la haine, ça ! » répond l'homme dont l'expert psychiatre a pointé les « troubles cognitifs » et « l'altération modérée » des facultés mentales.
      — (« "Vous avez dit que vous fréquentiez des femmes de petite vertu" », par Laurence Neuer, le 07/08/2015, sur le site de Le Point (www.lepoint.fr))
    • Telle une femme de petite vertu
      Elle arpentait le trottoir du
      Cimetière
      Aguichant les hommes en troussant
      Un peu plus haut qu’il n’est décent
      Son suaire.
      — (Georges Brassens, chanson « Oncle Archibald », in Je me suis fait tout petit, 1956)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

→ voir vertu

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]