mœurs

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : moeurs

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIIe siècle) Du latin mos.[1]

Nom commun[modifier]

Invariable
mœurs
\mœʁ\
ou \mœʁs\

mœurs \mœʁ(s)\ féminin au pluriel uniquement (plurale tantum)

  1. Habitudes, naturelles ou acquises, relatives à la pratique du bien ou du mal au sens de la morale.
    • Entouré de gens sans mœurs, j'ai imité leurs vices ; j'ai peut-être mis de l'amour propre à les surpasser. (Laclos, Les Liaisons dangereuses, 1782)
    • Le premier devoir du législateur est de former et de conserver les mœurs publiques, source de toute liberté, source de tout bonheur social. (Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante.)
    • Le pessimisme est tout autre chose que les caricatures qu'on en présente le plus souvent : c'est une métaphysique des mœurs bien plutôt qu'une théorie du monde ; […], (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • […]; ils ne se rendent aucun compte du progrès de nos mœurs ; encore moins soupçonnent-ils que leur pruderie archaïque fait rire jusqu'à ces enfants dont ils prétendent protéger la candeur. (Anatole Claveau, La Moralomanie, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.2)
  2. (Absolument) Ces pratiques lorsqu’elles jouissent d’une bonne considération sociale.
    • Le rapport qui existe entre la doctrine chrétienne et la rectitude des mœurs, Taine le lui avait montré : chaque fois que l’homme se fait païen, il se retrouve voluptueux et dur. (Abbé Paul Buysse, Vers la Foi catholique : L’Église de Jésus, 1926, p.189)
    • N’avoir point de mœurs, En avoir de mauvaises.<meta />
  3. (Par ellipse) Police des mœurs, brigade des mœurs.
    • Or, il manquait, cette nuit, au harem de Binèche une quatrième « turfeuse ». Je sus qu’elle était de « couverte » et que les mœurs l’avaient emmenée. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  4. Manière de vivre, usages, habitudes ou coutumes particulières de chaque nation.
    • La population de Saint-David m’intéressait fort par ses mœurs simples et naïves et parlait un curieux patois anglais plein d’expressions maritimes. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Chaque nation a ses mœurs et ces peuples ont des mœurs bien différentes des nôtres.
    • Ce voyageur a bien observé, a bien décrit les mœurs des pays qu’il a visités.
  5. Habitudes, inclinations, de la manière de vivre des individus.
    • À quoi servent les faits divers ? […]. En règle générale, à faire du très mauvais journalisme, caressant le lecteur dans ses pulsions malsaines quitte à pulvériser les lignes jaunes du métier : des « fait-diversiers » à l'ancienne aux voyous de l'empire Murdoch, les mœurs n'ont pas changé, seules les technologies évoluent. (Nicolas Demorand, Trouble, dans Libération (journal), n°9535, 7 & 8 janvier 2012, p.3)
    • Cet homme a des mœurs douces, des mœurs simples, des mœurs faciles, des mœurs sévères.
    • Nous adoptons facilement les mœurs de ceux que nous fréquentons.
  6. (Par extension) Habitudes naturelles des différentes espèces d’animaux ; habitudes qui résultent de leur instinct ; comportement éthologique.
    • Puis nous passons à l’histoire naturelle et étudions les mœurs des abeilles, des fourmis, des sauterelles et les vertus de certaines plantes médicinales. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 123)
  7. (Poétique ancienne) (Désuet) Ce qui concerne les habitudes morales du pays et du temps dont il est question dans un poème, dans une pièce de théâtre, ce qui est conforme au caractère des personnages qui y sont introduits.
    • Les mœurs sont parfaitement observées dans cette tragédie, dans cette comédie, dans cette épopée.
    • Ce poète observe bien, étudie bien, peint bien les mœurs.

Synonymes[modifier]

Ensemble d’usages

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]


Note : il est devenu courant de prononcer /mœʁs/ : régionalisme passé dans l'usage (radio, télévision...), évité par les puristes.

Homophones[modifier]

Voir aussi[modifier]

Explication de Bernard Cerquiglini en images

Références[modifier]

  1. « mos », dans Félix GaffiotDictionnaire latin français, Hachette, 1934 → consulter cet ouvrage