fenestrière

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir fenestrier Dans le sens de prostituée, le mot aurait semble-t’il été créé par Jean Lorrain.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
fenestrière fenestrières
\fə.nɛs.tʁjɛʁ\

fenestrière \fə.nɛs.tʁjɛʁ\ féminin

  1. (Désuet) Prostituée se tenant à la fenêtre pour attirer les clients.
    • [...] non loin du bal Wagram, rendez-vous de larbins sans place, d'escarpes et de souteneurs, la police, il y a quelque vingt ans, avait fini par remarquer le manège à la fois simple et compliqué d’une fenestrière ; la fille n'apparaissait jamais [...] — (Jean Lorrain, Histoires de masques ; suivi de Contes d'un buveur d'éther ; et de textes inédits, Éd. C. Pirot, 1987)
    • Dans L’Homme au bracelet, il analysait avec minutie l’attrait qu'exerçait l’insoumise, la fenestrière, derrière les vitres et l’effet qu'elle produisait sur les noceurs et les débauchés. — (Noëlle Benhamou, préfacière de La maison Phillibert de Jean Lorrain, Éd. du Boucher, 2007)
    • Et ce lui fut un délicieux, et long, long chatouillement de plaisir. La fenestrière, qui lui avait fait signe, logeait au troisième étage. De la première marche à la cinquante-sixième (car il les compta), son émotion ne fit que croître. — (Jean Richepin, Contes sans morale, Éd. Flammarion, 1922)
  2. Religieuse qui dans un monastère s’occupe de l’ouverture de la fenêtres du parloir.
    • Les parents, les amis, autorisés à rendre visite aux religieuses , devaient les entretenir dans un parloir, à travers une fenêtre grillée qu’ouvrait la fenestrière. — (E. Cauvet, Étude historique sur Fontroide, Éd. Felix-Seguin, Montpellier 1875)
    • Chez les cisterciennes, la fenestrière ouvre la fenêtre à claire- voie qui sépare les visiteurs éventuels des moniales. — (Marthe Moreau, L’âge d'or des religieuses, Éd. Max Chaleil, 1988)

Traductions[modifier le wikicode]