foldingue

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Fin XXe siècle) Mot composé de fol, folle et dingue.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
foldingue foldingues
\fɔl.dɛ̃ɡ\

foldingue \fɔl.dɛ̃ɡ\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Fou, déjanté.
    • Située dans le contexte d'une banlieue très « sixties », cette série est un chef-d’œuvre d’humour, Frank Margerin réussissant à mettre en place un univers délicieusement foldingue mais pourtant criant de vérité. — (Claude Moliterni, Philippe Mellot, Chronologie de la bande dessinée, Flammarion, 1996, page 208)
    • « TV Pinel ! » Pour les habitants de Rio, ce titre est à lui seul une provocation ! Comme si, en France, une chaîne s’appelait « Télé foldingue » ou « télé cinglée ». — (Pascal Percq, Les caméras des favelas, Éditions de l’atelier, 1998, page 99)
    • L’héroïne des célibataires s’offre une nouvelle tournée au Temple. La quadra foldingue raconte ses rencontres foireuses sans rien cacher de sa libido. Abrasive. — (« Agenda - L’humour à Paris, les shows de la rentrée à ne pas manquer », LePoint.fr, 3 aout 2010)

Antonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
foldingue foldingues
\fɔl.dɛ̃ɡ\

foldingue \fɔl.dɛ̃ɡ\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Personne au comportement farfelu, déraisonnable.
    • Il fallait bien avoir affaire à un foldingue complet pour pousser le mimétisme à ce point. — (Jean-Pierre Andrevon, Sherman, Flammarion, 1989, page 159)
    • Un rendez-vous à quatre heures et demie, à moins dix j’étais partie, confirmant ma réputation de foldingue, qui tout d’un coup on sait pas pourquoi, sur un coup de tête, prend ses affaires et s’en va, au milieu d’une conversation qui commençait bien, tu la vois partir, tu ne comprends pas pourquoi, elle s’en va. Tu ne la vois pas sourire, tu ne comprends pas pourquoi, et elle s’en va. — (Christine Angot, La peur du lendemain, nouvelle, supplément au magazine « Elle », 2000, page 17.)
    • Sauf qu’en lieu et place de la grande parade pour exorciser la « masculinité toxique » et expier des millénaires d’« oppression systémique » - qu’importe que quelques broutilles comme l’État de droit soient piétinées dans la manœuvre -, c’est le bon vieux canevas de la foldingue affabulatrice aux intentions louches qui a pris le dessus... — (Peggy Sastre, #MeToo, le tournant Biden, Le Point n° 2493, 4 juin 2020, page 11)

Voir aussi[modifier le wikicode]