franc-maçon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(xviiie siècle) De franc (« libre ») et maçon ; calque de l’anglais freemason, composé de free (« libre ») et mason (« maçon »). Le mot anglais est attesté depuis le XIVe siècle et désignait des compagnons et maitres bâtisseurs, itinérants et de grande qualification [1].

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin franc-maçon
/fʁɑ̃.ma.sɔ̃/
francs-maçons
/fʁɑ̃.ma.sɔ̃/
Féminin franc-maçonne
/fʁɑ̃.ma.sɔn/
franc-maçonnes
/fʁɑ̃.ma.sɔn/

franc-maçon /fʁɑ̃.ma.sɔ̃/

  1. Relatif à la franc-maçonnerie.
    • Le Roi, ennemi de toutes les guerres, détestait les guerres de religion; ami de toutes les libertés, il laissait les consciences libres, fussent-elles jésuites ou francs-maçonnes. (Pierre Louÿs; Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • […] ; quand les cléricaux sont les plus faibles dans un pays, il ne manquent jamais de recommander des mesures de sévère réglementation pour se venger de patrons francs-maçons. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.229)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin franc-maçon
/fʁɑ̃.ma.sɔ̃/
francs-maçons
/fʁɑ̃.ma.sɔ̃/
Féminin franc-maçonne
/fʁɑ̃.ma.sɔn/
franc-maçonnes
/fʁɑ̃.ma.sɔn/
Franc-maçon anglais au XIXe siècle.

franc-maçon /fʁɑ̃.ma.sɔ̃/ masculin

  1. Adepte de la franc-maçonnerie.
    • L’indifférence en matière de foi était devenue de règle, car d’hostilité on n’en sentait point trop encore ; à peine sourdait-elle, peut-être, dans quelques propos sacrilèges que les mauvaises langues : francs-maçons, libres-penseurs, anarchistes, parpaillots, ennemis déclarés de Dieu et de ses ministres, brebis galeuses fort rares heureusement dans son troupeau, s’essayaient malicieusement dans l’ombre à propager. (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les adversaires de la Révolution étaient convaincus qu'ils achèveraient de la rendre odieuse, même aux yeux du peuple, s'il arrivaient à faire accréditer cette idée que la Révolution était l'œuvre des juifs alliés aux Francs-Maçons. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • […]; tout le jargon humanitaire dont les vénérables se gargarisent dans leurs tenues peut très bien être traduit en langage religieux et même chrétien; et alors ce serait à se demander si la christianophobie des francs-maçons ne tient pas à la façon dont la société a été envahie depuis quelques décades par les juifs, […]. (Mercure de France, vol.266, 1936, p.158)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]