gobichonner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1835) Composé de gober et bichonner. Première attestation chez Balzac (voir citation).

Verbe [modifier le wikicode]

gobichonner \ɡɔ.bi.ʃɔ.ne\ transitif, intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) (Familier) Se régaler de.
    • Je ne vois que des figures gaies dans les rues, des gens qui se donnent des poignées de main, et qui s’embrassent ; des gens heureux comme s’ils allaient tous dîner chez leurs filles, y gobichonner un bon petit dîner qu’elle a commandé devant moi au chef du café des Anglais. — (Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835, Calmann-Lévy, 1910, 3e partie, p. 251)
    • Et puis tantôt nous gobichonnerons entre nous un petit repas d’accordailles ; nous ferons sauter les bouchons de Champagne. — (Paul de Kock, Taquinet-le-Bossu, Librairie théâtrale, 1857, p. 5)
  2. (Vieilli) (Familier) Festoyer, faire ripaille.
    • Et Zéphirin n’y mettait pas plus de discrétion qu’elle : à l'heure des repas, il s’abattait sur la table, la bride lâchée à un appétit d’antruche, puis détalait, passait son temps à gobichonner dans les cabarets avec un ramassis de gueux. — (Camille Lemonnier, Happe-chair, E. Monnier, de Brunhoff et Cie, 1886, p. 351)
    • Trois jours déjà qu’on gobichonnait à ventre que veux-tu, buvant frais le villaudric qui, même sous la glace, garde un rayon de soleil, vidant les larges terrines de cassoulet qu’on faisait venir de Castelnaudary. — (Armand Silvestre, Nouvelles Gaudrioles, Librairie illustrée, 1899, p. 56)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]


Références[modifier le wikicode]