médier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De médiation, existait en ancien français.

Verbe [modifier le wikicode]

médier \me.dje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Néologisme) Jouer le rôle de médiateur ou d’intermédiaire (pour communiquer quelque chose, etc.).
    • Paradoxalement, la médiation atteint son point ultime lorsqu’elle devient absolue, lorsqu’il n’y a plus rien à médier, sauf la pure forme de la médiation elle-même. — (Eugene Thacker, traduction de Yves Citton, Antimédiation, Multitudes, n° 51, 2012)
    • Examinons un instant ce que devient cette thèse si l’on réfute l’idée que l’on pourrait qualifier de mécaniciste et de « cartésienne » des animaux incapables de médier (et a fortiori de médiatiser) leurs connaissances, leur expérience ou leur savoir. — (Jean-Luc Michel, La distanciation, 1992, page 134)
    • Vermitteln, « médier », c’est d’abord chercher à atteindre un accord (Einigung), un « faire-un » ponctuel, de façon, au moins momentanément, apaisante – ce qui suppose qu’il y avait conflit, voire guerre. Médier, c’est s’interposer autant qu’intercéder. — (Jean-Michel Vives, ‎Frédéric Vinot, Les médiations thérapeutiques par l’art : Le Réel en jeu, 2014)
  2. (Biologie) Agir en tant que médiateur biologique.
    • Chez l’enfant, chez l’animal spinalisé et chez le blessé médullaire, un autre réflexe, médié par les fibres non myélinisées de type C, capsaïcine sensible, permet la contraction vésicale. — (Bernard Blanc, ‎Laurent Siproudhis, Pelvi-périnéologie, 2006, page 506)

Traductions[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

« médier », dans Dictionnaire du moyen français (1330-1500), 2010, 4e édition → consulter cet ouvrage