meurtre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Déverbal de meurtrir, apparenté à l’anglais murder et à l’allemand Mord.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
meurtre meurtres
\mœʁtʁ\

meurtre \mœʁtʁ\ masculin

  1. Homicide volontaire.
    • L’idée du meurtre inspire bien moins d’effroi lorsque la loi-même en donne l’exemple et le spectacle ; l’horreur du crime diminue dès qu’elle ne le punit plus que par un autre crime. — (Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante)
    • La loi de Lynch était fréquemment appliquée ; un homme convaincu de meurtre ou de vol pouvait se voir arrêter, juger, et… pendre, en moins d’un quart d’heure, pour peu qu’un comité de vigilance énergique s’emparât de lui. — (Paul de Rousiers, La Vie américaine. Ranches, fermes et usines, 1899, pp. 224-225)
    • Ici, les gens parlaient d’incendies et de massacres, de cruautés et de représailles, du meurtre d’inoffensifs Asiatiques par des tourbes que déchaînait la haine de race, de villes mises à sac et complètement brûlées […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 392 de l’éd. de 1921)
    • À la suite du terrible massacre des juifs de la péninsule ibérique, en 1391, le Call de Perpignan fut envahi, en 1392, et devint la proie du meurtre et du pillage. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937, page 129)
  2. (Figuré) Action perçue comme dommageable ou moralement répréhensible.
    • Ma cousine Bette, épouser ce jeune homme-là, elle qui serait sa mère ?… Mais ce serait un meurtre ! — (Honoré de Balzac, La Cousine Bette, chapitre XXII, 1847)

Quasi-synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]