noceur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Révision datée du 18 septembre 2019 à 17:09 par DbultBot (discussion | contributions) (→‎{{S|nom|fr}} : équiv to équiv-pour)

Français

Étymologie

 Dérivé de nocer avec le suffixe -eur[1].

Nom commun

Singulier Pluriel
noceur noceurs
\nɔ.sœʁ\

noceur \nɔ.sœʁ\ masculin (pour une femme on dit : noceuse)Code de langue manquant

  1. (Familier) Personne qui a une vie déréglée, qui fait trop la fête.
    • – Quel noceur ! se dit Joseph en employant une expression populaire passée dans les ateliers. — (Honoré de Balzac, La Rabouilleuse, Furne, Paris,1843)
    • Certains caboulots, ici, ne ferment jamais réellement, et quel que soit l’heure, vous apercevez toujours, […], des noceurs, des gens en goguette. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Bref, me voilà en route avec mes huit grosses valises, mes cinq tubars, le banquier Chauvassut, le noceur Clergerie, l’industriel Montagnoux, le poète Bois-Méard et le petit jeune homme de bonne famille, Gabriel Duplessis-Tournel. J’aurais très bien vu ces cinq cocos-là en uniforme bleu horizon avec un flingue baïonnette au canon, là bas, à Craonne, avec les copains. — (Pierre Siniac, L’Unijambiste de la cote 284)
    • Nous nous faisions la même idée mystique de l’amour – que nous ne concevions que sous la forme d’un amour unique, but et substance de toute une vie – et professions le même dégoût pour ces êtres volages que représentaient les « noceurs ». — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, pages 113-114.)
  2. Invité à une noce.

Synonymes

Qui fait la fête (sens 1)

Traductions

Apparentés étymologiques

Adjectif

Singulier Pluriel
Masculin noceur
\nɔ.sœʁ\

noceurs
\nɔ.sœʁ\
Féminin noceuse
\nɔ.søz\
noceuses
\nɔ.søz\

noceur \nɔ.sœʁ\

  1. (Familier) Qui a une vie déréglée ; qui fait trop la fête.
    • C’est un certain Méderic Gautruche, « ouvrier, noceur, gouapeur, rigoleur, faisant de la vie un lundi, rempli de la joie du vin, les lèvres perpétuellement humides d’une dernière goutte, […]. » — (Gustave Merlet, Un roman réaliste : Germinie Lacerteux, par MM. de Goncourt, dans Hommes et livres: causeries morales et littéraires, page 88, Didier & Cie, 1869)

Traductions

Prononciation

Anagrammes

Références