propension

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1528) Du latin propensio (« penchant »), composé de pro- et de pensio du verbe pensare (« peser »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
propension propensions
\pʁɔ.pɑ̃.sjɔ̃\

propension \pʁɔ.pɑ̃.sjɔ̃\ féminin

  1. Tendance naturelle vers un état, une action ; penchant ; inclination.
    • […] j’essayais de réagir contre la propension de la finance française à orienter trop exclusivement notre épargne vers les placements à l’extérieur, surtout vers l’achat des fonds d’État étrangers. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • […] je ne trouvai rien à redire hormis le fait qu’il avait le teint bistré et une propension à la pilosité, deux traits qui me déplurent. — (Robert Louis Stevenson, Olalla, 1884, Traduction Jean-Pierre Naugrette, 2004)
    • Deuxième corollaire : la quakerisation des mœurs en progression géométrique accentue une propension halloweenesque à détecter le monstre parmi nous. — (Odile Barski , Et tout à coup ce rouge, Le Masque, 2007, chap.16)
    • Elle était envoyée chez le proviseur presque aussi souvent que Dan Swansea, à cause de sa propension à siffler des imprécations du genre : « Tu mourras en enfer, sodomite » aux filles qui roulaient des patins à leurs copains dans les couloirs. — (Jennifer Weiner, Des amies de toujours, Éditions Belfond, traduit de l'américain par Hélène Colombeau, 2011)
    • Il reste une redoutable propension de l'architecte à penser la cité radieuse et à produire des Alphaville criminogènes. — (François Stasse, La véritable histoire de la Grande Bibliothèque, Éditions du Seuil, 2011, chap. 3)


Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]