rapetasser

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du francoprovençal petassar, de petas « pièce pour rapiécer » ; du latin pittacium (« étiquette ») ; lui-même du grec ancien πιττάκιον (« tablette à écrire ») avec le préfixe français ra-.[1]

Verbe[modifier]

rapetasser \ʁa.p(ə.)ta.se\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Familier) Raccommoder grossièrement de vieux vêtements, de vieux meubles ou des chaussures, y mettre des pièces.
    • Rapetassera-t-on, ou ne rapetassera-t-on pas? Tous les rapetasseurs sont à l'œuvre. Avec d'anciens ministres éculés, on peut faire, parait-il, une jolie paire de chaussures neuves à la mesure de tous les pieds. (Georges Clemenceau; Au moment d'agir, article du 17 juin 1899,, réédité dans « Justice militaire » -1901)
    • Non seulement, il ne porte que des sabots ou des espadrilles de toile, comme un contrebandier, mais aussi un éternel pantalon avachi, tout rapetassé au fond et aux genoux, […]. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • (...) le plus souvent, je lʼai vu dans sa boutique, sa forme entre ses genoux, en train de rapetasser des chaussures. (Robert Merle, Malevil. Paris : Gallimard, 1972. 541 p. ; 20 cm. ISBN 2-07-028193-0. La citation se trouve en page 285 de cette édition.)
  2. (Par analogie) (Familier) Corriger, remanier un texte.
    • Ce qui frappe surtout, c’est le style de Mathieu, sa manière de découpage, de rapetasser, d’insister sur les détails scandaleux qui se retrouvent dans la partie la plus originale du Karlamagnus Saga. (André de Mandach, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe, à Genève chez la librairie Droz, 1975, p. 36)

Synonymes[modifier]

vêtement :

littérature :

Dérivés[modifier]

Références[modifier]