revenant

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Participe présent de « revenir ».

Nom commun [modifier le wikicode]

revenant masculin

  1. Esprit qu’on suppose revenir de l’autre monde.
    • Château abandonné, château hanté, château visionné. Les vives et ardentes imaginations l’ont bientôt peuplé de fantômes, les revenants y apparaissent, les esprits y reviennent aux heures de la nuit. — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 17-27)
    • Et pourtant les revenants des vieux forfaits ne se formulaient qu’en des figures indécises, ne parvenaient pas à se coaguler, à prendre corps. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • L'église chrétienne va transformer les fantômes et les revenants en âmes en peine en même temps qu'elle met en place le Purgatoire entre l'Enfer et le Paradis. — (Claude Nachin, Les fantômes de l'âme: à propos des héritages psychiques, 1993, page 21)
  2. (Familier) (Par extension) Personne que l'on avait plus revue depuis longtemps au point qu'on aurait pu la croire disparue.
  3. (Plus rare) Rescapé ; survivant qui revient.
    • Mais il existe une autre dimension au projet critique de Jules Isaac contre le « bourrage de crâne » : témoigner parce qu'il fit partie de ces rescapés marqués d'un sceau indélébile et unis par le sentiment commun d'avoir appartenu à la sombre cohorte des « revenants ». — (Jules Isaac, un historien dans la grande guerre: Lettres et carnets, 1914-1917, conclusion de Marc Michel, éd. Armand Colin/SEJER, 2004)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Forme de verbe [modifier le wikicode]

Voir la conjugaison du verbe revenir
Participe Présent revenant
Passé

revenant \ʁə.və.nɑ̃\

  1. Participe présent de revenir.
    • Rô, qui faisait de la chair des pauvres gens qu’elle surprenait chaque jour, de coutumières ripailles, n’était pas seulement une redoutable ennemie, mais, douée par surcroît d’une subtile intelligence et d’une perversion inexplicable, elle savait tendre aux riverains de la côte, pièges et trébuchets, afin qu’y tombassent les imprudents égarés loin du bourg, les indigentes glaneuses de coquilles revenant de la marée, le bissac rempli de palourdes, sourdons, crabes, pétoncles et autres menues proies que leur dispensait à son reflux l’éternelle nourricière des besogneux pour qui le pain est toujours amer. — (Henri Mériot, Les Belles Légendes de Saintonge, La Découvrance éditions, page 72)

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • revenant sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]