supputer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin supputare.

Verbe[modifier]

supputer \sy.py.te\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Estimer à quel chiffre monte une somme, évaluer une quantité d’après certaines données.
    • On suppute le prix d’une colonne, on marchande l’épaisseur des dorures, bientôt il ne sera plus permis d’allumer une rampe au fronton de l’Élysée, sans entendre crier quelque part qu’un mètre de gaz coûte vingt centimes. (Pierre Louÿs, Une fête à Alexandrie, dans Archipel, 1896)
  2. Évaluer un événement probable ou incertain.
    • Supputer ce qui eût été accompli, avec une volonté différente, est une spéculation aussi vaine que magnifique. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 409 de l’éd. de 1921)
    • Elle calcule, combine, suppute les chances de Guise. Si le duc réussit la tentative insensée que Paris lui impose, Concino est perdu. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » #31, 1907)
    • Paul supputa à l'homme une petite bistouquette quand, au spectacle d'un pénis imposant sans rien devoir à l'adjonction de la silicone, le flambard exposa : « Il vaut mieux un petite courageuse qu'une grosse fainéante ! » (Alain Babanini, Le collecteur des quotidiens, à compte d’auteur (Lulu.com), p.10)

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]