épithète

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Via le latin epitheton, du grec ancien homonyme, composé de épi- (« sur ») et de la racine du verbe tithènai (« poser ») ; le français ne procède pas autrement quand il construit le mot « opposition ».

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
épithète épithètes
/e.pi.tɛt/

épithète /e.pi.tɛt/ féminin

  1. (Grammaire) Fonction adjectivale qui consiste en un adjectif qualificatif ou un groupe de mots, servant de complément, située immédiatement avant ou après le substantif qu’elle qualifie. [1]
    • L’eau, par exemple, est indifférente à tel ou tel état : aussi, sans aucune sorte d’harmonie par elle-même, elle en acquiert au besoin par le concours des épithètes et des verbes : l’eau turbulente frémit, l’eau paisible coule. (Antoine de Rivarol, De l’Universalité de la langue française, 1784)
    • L’épithète morale et métaphysique a souvent sa magie que des milliers d’adjectifs chatoyants ne produiraient pas. (Charles-Augustin Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, Michel Lévy frères, t. 1O, 1868, p. 410)
    • Au contraire des romanciers de son groupe, Flaubert n’a pas trop cherché l’épithète rare et n’a pas abusé des adjectifs. (Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, 1821-1880 : sa vie, ses romans, son style, Plon-Nourrit, 1922, p. 273)
    • Elle honnit le carton-pâte et l’ornement en staff, l’orviétan des charlatans littéraires, le tarabiscotage des épithètes, qui sont trop souvent l’essentiel d’un livre consacré aux splendeurs factices d’un climat africain. ( Pierre Mannoni, Les Français d’Algérie : vie, mœurs, mentalité, 1993)
  2. (Par extension) Qualification d’une personne en bien ou en mal.
    • Ce diable de marquis s’en est donné à cœur joie. Après le soufflet, sont venues les injures et une kyrielle d’épithètes, dont s..... est la plus gracieuse. (Eugène de Mirecourt, Mémoires de Ninon de Lenclos, Charaire, 1878, p. 598)
    • J’offre cinq cents francs de récompense à celui qui trouvera une épithète injurieuse ou infamante qui n’ait été appliquée à M. Thiers dans le Cri du peuple ou dans la Franchise. (Aurélien Scholl, Les Scandales du jour, E. Dentu, 1878, p. 203)
    • Pour l’attaquer, tous les moyens avaient été bons, l’injure publique aussi bien que la calomnie hypocrite, et, pendant six mois, il avait eu le chagrin de se voir bafoué et insulté dans les mêmes journaux qui, quelques mois auparavant, ne citaient jamais son nom sans l’accompagner d’une épithète louangeuse. (Hector Malot, Un mariage sous le second Empire, E. Flammarion, 1896, p. 326)
    • Il n’avait pas son pareil pour accoler une épithète vengeresse au nom d’un confrère déloyal. (Gustave Le Rouge et Gustave Guitton, La Princesse des airs, 1902, 1re partie, chap. 2)

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Grammaire :

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Grammaire :

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]