dogme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Emprunté au latin dogma, spécialisé en latin chrétien « doctrine de l’Église », du grec ancien δόγμα, dogma (« opinion, croyance »). [1]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
dogme dogmes
/dɔgmᵊ/

dogme /dɔgmᵊ/ ou /dogmᵊ/ masculin

  1. Vérité indiscutable garantie par l'autorité compétente ; objet de foi.
    • Je vis privément à Pise un honnête homme, mais si aristotélicien, que le plus général de ses dogmes est : que la touche et règle de toutes imaginations solides et de toute vérité c'est la conformité à la doctrine d'Aristote. (Montaigne, Essais, I, 26, De l'institution des enfants, 1595)
    • À mesure que les peuples croiront moins, soit à un dogme, soit à une idée, ils mourront moins volontiers et moins noblement. ( Lamartine, Voyage en Orient, 1835)
    • Dans l’Inde, l’idéalisme est, pour le brahmanisme aussi bien que pour le bouddhisme, le dogme même de la religion populaire. (Schopenhauer, De la quadruple racine du principe de raison suffisante, 1813, trad. Cantacuzène, 1882)
    • La morale théologique, (…) Kant n[e l’]a jamais prise réellement au sérieux, car un dogme théorique qui n’a qu’une autorité, exclusivement pratique ressemble à ces fusils de bois que l’on peut sans danger mettre entre les mains des enfants. (ibid. )
    • N'est-ce pas un dogme de la démocratie que rien n'est au-dessus du génie des démagogues ; […] ? (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.217)
    • Nous sommes aujourd’hui en France, les dupes, les victimes du dogme de la liberté. Nous accordons la protection de ce principe à ceux qui, de leur propre aveu, se servent de lui pour le détruire. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
    • Le libre échange est devenu un dogme dangereux. En son nom, des centaines de milliers d’emplois ont été détruits, des services publics démantelés, des garanties sociales anéanties et des États mis en faillite. (Motion pour le congrès de Reims du Parti Socialiste, Un monde d'avance, la Gauche décomplexée, 2008)
  2. (En particulier) (Religion) Point capital de doctrine ; vérité considérée comme incontestable par l’Église, par une église chrétienne, ou par une autre religion.
    • Quelques dogmes que l'on suive, à quelque culte extérieur que l'on se joigne, si l'on n'est pleinement convaincu que ces dogmes sont vrais, et que ce culte est agréable à Dieu, bien loin que ces dogmes et ce culte contribuent à notre salut, ils y mettent de grands obstacles. (Locke, Lettre sur la tolérance,1690, trad. Le Clerc, 1710)
    • Au contraire, le roi Hilperik, sorte d’esprit fort à demi sauvage, n’écoutait que sa propre fantaisie, même lorsqu’il s’agissait du dogme et de la foi catholique. L’autorité du clergé lui semblait insupportable, […]. (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    • Le dogme calviniste de la prédestination, religion terrifiante et qui avait touché si profondément les Écossais, s'était, en ce pays de compromis, atténué. (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.598)
    • Les chefs des partis politiques prennent aujourd'hui le Catholicisme comme un mot d'ordre et un drapeau; (…) Les artistes le mettent en lumière comme une précieuse médaille, et se plongent dans ses dogmes comme dans une source épique de poésie; mais combien y en a-t-il qui se mettent à genoux dans l'église qu'ils décorent? (Vigny, Servitude et grandeur militaires, 1835)
    • Une cathédrale est une enseigne. Saint Pierre indique Rome, la ville du dogme; saint Paul signale Londres, la ville du schisme. (Hugo, L'Homme qui rit, 1869)
    • Je crois confusément à beaucoup de choses ; par dessus tout, à l’existence de Dieu, sinon aux dogmes de la religion ; […]. (Henri Barbusse, L’Enfer, 1908)
  3. (Cinéma) Courant de pensée cinématographique qui fait la promotion d’un abandon des artifices de la profession.  Référence nécessaire
  4. (Médecine) Théorie non vérifiée scientifiquement.  Référence nécessaire

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

  1. TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994) (dogme)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]