licencieux

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin licentiosus.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin licencieux
/li.sɑ̃.sjø/
Féminin licencieuse
/li.sɑ̃.sjøz/
licencieuses
/li.sɑ̃.sjøz/

licencieux

  1. Qui fait preuve de licence, qui est déréglé, désordonné, contraire à la pudeur.
    • Puis un sourire licencieux vint effleurer le sien et se mêler à lui. (Pierre Louÿs; Les aventures du roi Pausole -1901)
    • C'est là qu'elle est venue, portant de fantasques guirlandes de renoncules, d'orties, de marguerites et de ces longues fleurs pourpres que les bergers licencieux nomment d'un nom plus grossier, mais que nos froides vierges appellent doigts d'hommes morts. (Shakespeare; Hamlet, traduit de l'anglais par François de Victor Hugo)
    • Un vase inestimable en porphyre antique et dont les sculptures circulaires représentaient de toutes les priapées romaines la plus grotesquement licencieuse, délices de quelque Corinne, eut à peine un sourire. (Honoré de Balzac; La peau de chagrin)
    • Il avait, d’ailleurs, le désir de s’insinuer dans les bonnes grâces de la dame, car Jean était pour le moins aussi licencieux dans ses plaisirs qu’effréné dans son ambition ; … . (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Un commerçant en cartes postales licencieuses l'engagea pour quelques sous. Le jeune homme devait fournir tout un stock de distiques appropriés à la marchandise. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.28)
    • Il n'était pas indifférent que les déclarations de Rinri s'adressant à une francophone s'énoncent soit en français, soit en japonais : la langue française représentait sans doute ce territoire à la fois prestigieux et licencieux où l'on pouvait s’encanailler de sentiments inavouables. (Amélie Nothomb, Ni d'Ève ni d'Adam, Albin Michel, 2007, éd. Livre de Poche, 2009, p.56)

Références[modifier | modifier le wikitexte]