tenailler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(1549) De tenaille.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

tenailler /tə.nɑ.je/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Tourmenter un criminel avec des tenailles ardentes.
    • N’y a-t-il pas eu un Jean de Leyde, chef des Anabaptistes, tenaillé, brûlé, et pendu dans une cage en fer à Munster ? (Frédéric II & Voltaire, L’Anti-Machiavel, 1739, édition de 1947)
    • Pendant mille ans nous avons garrotté l’humanité sur les chevalets ensanglantés ; de nouveau nous lui tenaillerons les chairs avec des fers rougis pour que la foi pénètre en son cœur. (Paul Lafargue, Pie IX au Paradis, 1890)
  2. (Figuré) Faire souffrir, causer une vive douleur.
    • À tout propos, elle tenaillait les cœurs, comme un regret anticipé. […] Elle engrisaillait les veillées d’hiver […] (Jean Rogissart, Passantes d’octobre, 1958)
    • La faim le tenaillait.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions manquantes. (Ajouter)

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]