âge d’or

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
(Redirigé depuis âge d'or)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir âge, de et or. L’âge d’or est un des cinq âges, avec l’âge d’argent, l’âge d’airain, l’âge des héros et l’âge de fer, que distinguait le poète Hésiode durant l’Antiquité.

Locution nominale [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
âge d’or âges d’or
\ɑʒ d‿ɔʁ\

âge d’or \ɑʒ d‿ɔʁ\ masculin

  1. (Antiquité) Un des cinq âges de la mythologie grecque d’après Hésiode, temps d’innocence, de justice, d’abondance et de bonheur.
  2. (Par analogie) (Courant) Époque idéale.
    • Le Second Empire est considéré comme l’âge d’or des financiers. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Mais si l’occidentalisation a provoqué une aliénation chez les musulmans, une aliénation parallèle est apparue dans la communauté avec ce que Laroui nomme médiévalisation, à savoir l’identification de l’Arabe avec la grande époque de l’âge d’or de l’histoire islamique. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 77)
    • À la fin du XIXe siècle, c’est toute une population qui vit du hareng à Boulogne-sur-Mer : outre les équipages de la centaine de harenguiers, il y a les saleurs, les fileuses, les tonneliers qui concourent à cet âge d’or. — (Jacky Durand, La Nuit où le hareng sort, dans Libération du 29 novembre 2010, p. 30-31)
    • Pendant la Terreur, les hommes qui versèrent le plus de sang furent ceux qui avaient le plus vif désir de faire jouir leurs semblables de l’âge d’or qu’ils avaient rêvé, et qui avaient le plus de sympathies pour les misères humaines : optimistes, idéalistes et sensibles, ils se montraient d’autant plus inexorables qu’ils avaient une plus grande soif du bonheur universel. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p. 12)
    • En s’imposant brutalement dans les officialités, le congrès réveille et déchaîne les passions les plus grossières. Dès le XVIe siècle et grâce à lui, les procès en impuissance occupent le devant de la scène. Générateur de paradoxes, il marque l’âge d’or de la répression. — (Pierre Darmon, Le tribunal de l'impuissance : Virilité et défaillances conjugales dans l'Ancienne France, Éditions du Seuil, 1979, p. 207)
  3. (Québec) Troisième âge.

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]