égrégore

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : egregore

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Deuxième moitié du XIXe siècle) Le terme égrégore apparaît en 1857 dans la langue française sous la plume de Victor Hugo dans La Légende des siècles (L'Italie - Ratbert).
Du latin ēgrĕgĭus (« choisi, de choix, d’élite », littéralement « hors du troupeau »), dérivé de grex, gregis, qui a donné egregio en italien, egregio en espagnol, ainsi qu’ egregious en anglais.
Cependant, c'est dans le grec ancien qu'il faut chercher l'étymologie et la logique du vocable "égrégore". Celui-ci s'entend aussi bien dans έγρήγορα (égrègora), parfait d'έγείρω, faire lever, éveiller, réveiller, que dans le verbe dérivé έγρηγοράω (égrègoraô), être éveillé, ou le substantif féminin έγρήγορσις,εως (égrègorsis), veille, ou encore les adverbes έγρήγορότως (égrègorotôs) et έγρηγορτι (égrègorti), signifiant tous deux en veillant.
René Guénont rappelle par ailleurs que "ce mot est purement grec et n'a jamais signifié autre chose que « veilleur ». On sait d'ailleurs que ce terme se trouve dans le livre d'Hénoch, où il désigne des entités d'un caractère assez énigmatique, mais qui en tout cas, semblent bien appartenir au « monde intermédiaire »; c'est là tout ce qu'elles ont de commun avec les entités collectives auxquelles on a prétendu appliquer le même nom.»[1]
Victor Hugo en fait un usage adjectival dans Le Jour des rois[2] :
Harizetta, Wermond, Barbo, l’homme égrégore
et utilise le terme en tant que substantif avec un sens obscur et, contextuellement, cabalistique :
Un vieillard
Se troublerait devant ce jeune homme ; il sait l’art
D’évoquer le démon, la stryge, l’égrégore ;
Il teint sa dague avec du suc de mandragore.
Il semble être le créateur de ce mot, et le suffixe en -ore, justifié par la rime. La très large diffusion de La Légende des siècles a assuré la pérennité de ce qui aurait pu rester un hapax.
L’utilisation en tant que substantif avec le sens actuel semble être le fait de Stanislas de Guaita, co-fondateur de l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
égrégore égrégores
\e.ɡʁe.ɡɔʁ\

égrégore \e.ɡʁe.ɡɔʁ\ masculin

  1. Esprit de groupe, entité proche de l’ange ou de l’inconscient collectif selon le cas.
    • Quant à nous, nous sommes des Egrégors[sic], nés du commerce des fils d’Elohim avec les filles des hommes. — (Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse, Histoire du cabaliste, 1804-1810)
    • Mais bientôt après j’entendis parler la langue des Égrégores, les plus illustres des anges tombés. — (Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse, Histoire de Rébecca, 1804-1810)
    • [2] in Influences spirituelles et Égrégores in Revue les Éditions Traditionnelles no 259 avril-mai 1947 et repris dans l'ouvrage posthume Initiation et Réalisation Spirituelle, Chapitre VI, pp 59-64 (réédition année 2008), Éditions Traditionnelles, ISBN 978-2-7138-0058-0
  2. Anges qui, suivant le livre d'Hénoch, épris de l'amour des femmes, s'assemblèrent sur le mont Hermon du temps du Patriarche Sared et s'engagèrent par des anathèmes à ne se séparer jamais qu'ils n'eussent pris les filles des hommes pour femmes.[3]
    • Saint Paul a raison d’ordonner aux femmes de se voiler à cause des anges car la beauté des filles de Caïn a séduit les Egrégores et causé leur damnation éternelle. — (Louis Ménard, Lettre d’un mythologue à un naturaliste, in Rêveries d’un païen mystique, 1876)
    • Oui, l’ombre où Pythagore
      Voit passer le triton, la nymphe et l’égrégore ;
      — (Victor Hugo, L’Océan d’en haut in Dieu, 1891)
    • Que diable est-ce que cela peut bien être, un homme égrégore ? J’ai vainement retourné toute la terre du jardin des racines grecques — (Clair Tisseur, Modestes observations sur l’art de versifier, 1893, à propos de la phrase de Hugo mentionnée plus haut)
    • J’appelle égrégore, mot utilisé jadis par les hérmétistes, le groupe humain doté d’une personnalité différente de celle des individus qui le forment. — (Pierre Mabille, Égrégores ou la vie des civilisations, 1938)
    • On donne le nom d’égrégore à une force engendrée par un puissant courant spirituel — (Robert Ambelain, La Kabbale pratique, 1951)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. in Influences spirituelles et Égrégores in Revue les Éditions Traditionnelles no 259 avril-mai 1947 et repris dans l'ouvrage posthume Initiation et Réalisation Spirituelle, Chapitre VI, pp 59-64 (réédition année 2008), Éditions Traditionnelles, ISBN 978-2-7138-0058-0
  2. in La Légende des siècles, 1859.
  3. Dictionnaire général et grammatical par Napoléon Landais 5e édition 1841